CentOS : quand un OS sème la panique

Vous ne connaissez peut-être pas CentOS. Ce système Linux est pourtant crucial dans les infrastructures les plus importantes. Il est fortement utilisé dans les grandes entreprises et les fournisseurs de cloud. Comme le rapporte Infoworld : certains fournisseurs font tourner des infrastructures supportant plus de 50 000 instances pour des entreprises parmi les Fortune 100.

CentOS est une distribution basée sur Red Hat Enterprise Linux, mais gratuite et libre. Il est considéré comme stable, robuste et fiable. Chez les fournisseurs de cloud, c’est l’OS de référence. Facebook utilise massivement CentOS.

La preuve :

Red Hat a annoncé il y a 1 an l’arrêt de CentOS. Ainsi, CentOS 8 ne sera plus supporté à partir du 31 décembre 2021, alors que le support devait être assuré jusqu’en 2029. Pour palier à cet arrêt, Red Hat annonçait CentOS Stream. Cette distribution est plutôt une pré-version des futures évolutions de RHEL, ce qui fondamentalement n’a rien à voir avec la conception de CentOS.

Il faut donc des alternatives à CentOS 8. Rocky Linux dérive de CentOS 8, mais il doit encore prouvé sa pertinence et sa stabilité.

Bien entendu, d’autres distributions voudraient récupérer les entreprises sous CentOS : Oracle Linux, AlmaLinux et pourquoi pas Amazon Linux 2022. AWS proposera sa distribution Linux. Elle est actuellement en pré-version. Elle est optimisé pour EC2. Et elle s’appuie sur Fedora.

Author: François Tonic

Fondateur de Nefer-IT, rédacteur en chef de Programmez! et de CloudMagazine, historien expert de la période pharaonique et éditeur de Pharaon Magazine, journaliste et conférencier.