Optimisation et économies potentielles des datacenters

Par Stanislas Pilot, CEO de Evernex

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, de nombreux départements IT sont exposés à une double pression : la première est liée aux coûts et la seconde à l’accélération de la transformation digitale. Afin de libérer du budget, les entreprises peuvent optimiser leurs processus, innover ou réduire leurs dépenses actuelles. Or, malgré de nombreux efforts, le potentiel en matière d’économies et d’optimisation reste inexploité dans les entreprises.

Le hardware devient davantage hétérogène et fonctionne plus longtemps

Il est essentiel de faire l’état des lieux sur les centres de données (ou « data centers »). Une récente étude* menée en pleine pandémie révèle que 61% des participants exploitaient leurs systèmes IT exclusivement dans leurs propres centres de données. Un quart d’entre eux sous-traite une partie seulement, compte tenu notamment de la complexité et l’hétérogénéité grandissantes de l’infrastructure IT.

Plus l’infrastructure IT d’une entreprise est complexe et hétérogène, plus la maintenance est laborieuse et coûteuse. Pour garantir le bon fonctionnement des centres de données, les départements IT doivent acquérir une expertise technique approfondie de chaque type d’équipements utilisés et mettre en place un service technique d’astreinte 24/7 pour les systèmes critiques. Pour la plupart des organisations, il est difficile d’allouer les ressources humaines et financières nécessaires à une bonne maintenance.

Une autre tendance s’est également confirmée. En effet, les équipements utilisés dans les data centers ont une durée de vie bien plus longue que celle annoncée par les constructeurs. En 2019, près de 60% des personnes interrogées déclaraient utiliser les équipements de leur data center pendant plus de dix ans, contre les 5 ans annoncés par les OEM. En fait, seuls 3% suivent les recommandations des fabricants sur la durée de vie utile !

La maintenance inter-fabricants – un moyen d’optimiser les processus ?

L’Europe a subi de plein fouet la pandémie de Covid-19 et la crise économique qui y est associée. Malgré une pression grandissante sur les coûts, peu de mesures ont été mises en place pour réduire les dépenses en matière d’IT et de hardware. Pourtant, ces possibilités existent – et ce sans devoir sacrifier la performance et la qualité de services et en soulageant les équipes IT en interne.

La maintenance multi-vendeurs bénéficie à de nombreuses entreprises. Le coût de la maintenance par un tiers est plus raisonnable que celui de la maintenance fournie par les fabricants eux-mêmes. Les analystes de Gartner estiment que le passage de la maintenance constructeur à la maintenance par une tierce partie (TPM) peut apporter des économies potentielles allant jusqu’à 70%.
Malgré ces arguments, ces économies potentielles liées à la maintenance tierce et à l’achat d’équipements reconditionnés sont sous-exploitées et peu connues des entreprises.

L’UE offre plus de liberté en matière de maintenance

Le règlement de l’UE 2019/424 est une application de la directive sur l’écoconception (2009/125/CE), qui vise l’adoption d’une économie de recyclage durable. L’objectif de ce règlement est d’allonger la durée d’utilisation des serveurs. Il implique que les fabricants de serveurs sont tenus, avec effet immédiat, de fournir à leurs équipements des mises à jour de sécurité et des firmwares actualisés plus longtemps.Entré en vigueur début mars 2021, il élargit les possibilités de choix des concepts de maintenance en rendant les firmwares librement disponibles. Concrètement, cela signifie que :« […] la dernière version disponible du firmware […] doit être fournie pendant une période d’au moins huit ans après la mise sur le marché du dernier produit d’un certain modèle, gratuitement ou à des coûts équitables, transparents et non discriminatoires […] ».

Auparavant, les fabricants liaient souvent la fourniture de firmwares à un contrat de maintenance avec eux, qui était aussi long que possible et souvent coûteux. Ce lien est désormais rompu par le règlement européen. Les firmwares sont également disponibles avec un contrat de maintenance avec le fabricant. Les services IT peuvent désormais rechercher plus facilement des alternatives à la maintenance du fabricant et envisager aussi des offres de maintenance inter-fabricants. Les experts en IT disposent ainsi de plus de liberté et de flexibilité. En particulier à une époque où la pression liée à la numérisation et aux coûts est élevée, les entreprises et les départements IT ont besoin de cette flexibilité pour utiliser au mieux leurs ressources et ainsi optimiser les processus.

Share: