L’avenir de la sécurité incendie et du règlement des produits de construction (RPC)

L’utilisation accrue de plastique dans les bâtiments a accéléré de façon spectaculaire le temps moyen entre l’inflammation et l’incendie complet au cours des dernières décennies. De ce fait, un Règlement plus strict sur les Produits de Construction (RPC/CPR) est entré en vigueur dans toute l’Union Européenne en 2013 pour prévenir les dommages et les pertes. Cependant, l’utilisation de produits conformes au RPC ne suffit pas toujours à empêcher les accidents de se produire.

Expertise - Par Cindy Ryborz, Marketing Manager DC EMEA, Corning Optical Communications

En mars 2021, un incendie s’est déclaré dans un datacenter d’OVHcloud. Ce sont 12 000 serveurs qui sont partis en fumée et des centaines de milliers de sites web ont disparu. L’incendie a fait rage pendant des heures et a coupé de certains sites Web des agences gouvernementales et des médias, des portails, des banques et des sites de e-commerce. L’un des quatre datacenters du site OVHcloud de Strasbourg a complètement brûlé, un autre partiellement qui n’a pas pu être redémarré par la suite.

Les incendies sont une préoccupation constante pour les datacenter, même s’ils ne dégénèrent généralement pas autant que celui survenu chez OVH. Il ne faut que quelques minutes entre l’allumage et un véritable incendie. S’ils sont détectés rapidement, ils peuvent être contenus dans un espace restreint et les équipements peuvent être isolés. Si la perte de données et les dommages matériels sont les principales préoccupations liées aux incendies de datacenters, un incendie dans un bâtiment commercial peut aussi mettre des vies en danger dans le pire des cas. Alors, que peuvent faire les exploitants de centres de données et les propriétaires de biens immobiliers commerciaux pour empêcher les incendies de se déclarer et de se propager ? C’est là que le RPC (règlement des Produits de la Construction) peut contribuer à réduire les risques.

Le centre de recherche Corning Technology Center, situé à Adlershof, Berlin, et spécialisé dans les solutions technologiques de connectivité optique en Allemagne, a mis au point une gamme complète de produits conformes aux normes RPC/CPR afin de garantir aux installateurs des câbles répondant aux normes de sécurité les plus strictes. Il s’agit en particulier des câbles et des familles de câbles utilisés dans les assemblages pour les solutions de câblage structuré dans les applications de datacenter, ainsi que des câbles intérieurs et intérieurs/extérieurs. L’équipe effectue des recherches sur de nouveaux matériaux et élabore des publications sur le processus de mise en place et de révision des procédures d’essai pertinentes pour tous les laboratoires d’essai. L’établissement a mis en place son propre laboratoire de combustion et coopère étroitement avec des laboratoires d’essai certifiés externes (organismes notifiés) comme le VDE pour réaliser des essais de RPC en interne.

Qu’est-ce que le RPC et comment fonctionne-t-il ?

Les produits de construction sont définis comme tout matériau ou produit utilisé dans les travaux de construction et incorporé de façon permanente dans les bâtiments et les ouvrages de génie civil. Pour les datacenters, cela signifie principalement le câblage du réseau fédérateur. Les câbles de communication et les trunks préconnectorisés reliant des pièces séparées ou des salles de données sont installés de façon permanente et sont donc couverts par le RPC, tandis que les jarretières ou les harness sont plus souvent soumis à des déplacements, des ajouts et des modifications, et ne sont généralement pas considérés comme des produits installés de façon permanente.

Le RPC inclut également le câblage à l’intérieur des bâtiments, par exemple les câbles d’alimentation, les câbles de télécommunication, les câbles LAN à base de cuivre, ainsi que les câbles intérieurs des colonnes montantes et les câbles de branchement des immeubles collectifs. Les câbles d’ascenseurs ne sont pas soumis au RPC, de même que les câbles à l’intérieur des machines et destinés à être utilisés dans des installations industrielles.

Tous les produits soumis au RPC doivent être accompagnés d’une déclaration de performance du fabricant et doivent être évalués par un organisme notifié. Le niveau de performance est classé de F à B2ca (B2ca étant le plus strict), avec un certain nombre de variations entre les classes. Cette classification permet de comparer les produits de différents fabricants. Pour les classes Dca, Cca et B2ca, des paramètres supplémentaires sont mesurés (fumée, gouttelettes et acidité). Par ailleurs, pour les classes Cca et B2ca, la re-certification du produit et de la fabrication sur une base régulière a été intégrée aux exigences standard afin de garantir le maintien de la qualité et de la durabilité. Les produits B2ca et Cca suivent le schéma de certification system1+ qui exige une re-certification après 3 ans. Cependant, les tests internes doivent être documentés chaque année.

La classification Cca est importante pour la majorité des câbles, notamment dans les datacenters, avec des produits spécifiques atteignant des performances plus élevées et une spécification B2ca. Ce haut niveau de spécification n’est pas toujours nécessaire car les centres de données disposent généralement de systèmes de prévention et d’extinction des incendies, allant des sprinklers aux systèmes d’alerte précoce, en passant par des niveaux d’oxygène réduits et l’extinction des gaz propres. Toutefois, il est possible que les réglementations nationales exigent certaines classes par application ou que les compagnies d’assurance et les utilisateurs finaux demandent des produits plus rigoureusement réglementés.

Certains câbles sont destinés à être utilisés dans les jarretières et autres types de câbles terminés. Ils doivent répondre à des normes élevées en matière de RPC afin de garantir le plus haut niveau possible de sécurité incendie.

Paramètres d’essai

Le résultat d’un test de combustion dépend largement de différents paramètres, comme la quantité de gaz, la circulation d’air dans la chambre et l’équipement. Cela signifie que si un câble est testé, ces paramètres doivent être spécifiés en détail pour garantir un résultat fiable dans tous les laboratoires et organismes notifiés (ON’s).

Les paramètres de base du processus d’essai sont définis par l’UE dans le Règlement sur les Produits de Construction n° 305/2011. Cette norme garantit que les résultats des tests peuvent être comparés entre différents organismes notifiés. Certains paramètres affectent de manière cruciale les résultats des tests et doivent donc être soigneusement contrôlés afin de garantir un processus de combustion standardisé.

L’un de ces paramètres est la forme de la flamme. Les recherches montrent que même des installations identiques et la même quantité de gaz peuvent donner lieu à des formes de flamme différentes. L’une des raisons de cet écart peut être l’encombrement des conduits ou la vétusté des équipements. C’est pourquoi les caractéristiques de la forme de la flamme sont désormais définies dans la norme.

Les tests effectués dans plus de 20 organismes notifiés avec le même câble ont montré des résultats très différents dans le passé, avec des classifications pour le même câble allant de B2 à D. Des objets de référence sont nécessaire pour aider à améliorer le processus afin d’obtenir des résultats répétables et reproductibles dans les laboratoires de test. Si un objet présentant les mêmes caractéristiques est brûlé dans différentes installations à différents moments, il devrait donner les mêmes résultats. L’élimination de cette variable comme source d’erreur permet un contrôle continu des conditions dans une chambre de combustion. Les installations peuvent comparer les résultats aux tests précédents et réagir plus rapidement aux changements et aux demandes de maintenance.

Entre-temps, les caractéristiques de la forme de la flamme et l’utilisation de l’objet de référence ont été ajoutées aux documents officiels du RPC de l’UE à titre de proposition.

Un autre aspect du processus de classification consiste à voir si des particules de matériau de gaine prennent feu et tombent en brûlant. Cela doit être surveillé pendant les essais de combustion et, jusqu’à présent, une personne devait surveiller l’ensemble du processus de 20 minutes, ce qui peut entraîner un risque d’erreur humaine. Pour réduire ce risque, un système vidéo de surveillance est actuellement testé sur le site d’Adlershof.

Enfin, les câbles doivent être préparés d’une certaine manière avant d’être testés. Ils sont alignés sur une construction spéciale, fixés et ensuite enflammés. Il est crucial que ces instructions soient strictement suivies. Même une différence d’un millimètre dans l’espacement entre les câbles peut conduire à un résultat très différent en ce qui concerne la propagation du feu. Le bon espacement et la bonne préparation doivent être contrôlés et vérifiés avant chaque test.

A la pointe de la recherche

Il n’est pas rare que les fabricants disposent d’installations d’essai. Cependant, le centre de recherche d’Adlershof est à la pointe de la recherche et du développement sur le processus de combustion et les composants impliqués. Ils consacrent beaucoup de ressources à la compréhension des principes fondamentaux du processus de combustion et des paramètres qui contribuent aux différents effets et résultats. Les chercheurs d’Adlershof participent activement et partagent leurs connaissances lors de différentes conférences en Allemagne et à l’étranger, telles que le Forum de l’industrie du câble et de la connectivité de l’IWCS, ce qui a déjà conduit à deux ajouts dans le cadre du RPC.

Le règlement RPC s’applique actuellement aux États membres de l’UE, mais d’autres pays et régions travaillent à l’élaboration de leur propre réglementation.

L’avenir du RPC

Jusqu’à présent, le RPC s’est surtout concentré sur la propagation du feu. Il examine comment les différents produits et matériaux contribuent à la propagation du feu. Cependant, d’autres aspects comme la résistance au feu sont cruciaux pour la gestion et la maintenance des bâtiments. Il est important de savoir combien de temps différents câbles peuvent encore être opérationnels lorsqu’ils sont en feu. Combien de temps les câbles d’ascenseurs peuvent-ils encore remplir leur fonction, et combien de temps les câbles en feu peuvent-ils encore transmettre des données et des informations et donc garantir que les systèmes d’alarme et les équipements essentiels sont encore fonctionnels ?

L’équipe d’Adlershof poursuit ses recherches pour optimiser les normes de test et améliorer encore la répétabilité et la reproductibilité des résultats. L’objectif est de trouver et d’améliorer les matériaux résistants au feu afin d’optimiser les câbles résistants au feu à l’avenir.

La raison pour laquelle la résistance au feu n’a pas encore été soumise à la normalisation et aux tests est simple. Elle dépend beaucoup de la manière dont les câbles sont installés sur le site. Or il existe autant de systèmes d’installation que de bâtiments. Ainsi, la résistance au feu ne dépend pas uniquement de la résistance au feu du câble. Jusqu’à présent, les fournisseurs de câbles et de systèmes d’installation n’ont pas encore trouvé le moyen de surmonter les problèmes liés à la normalisation.

Author: Yves Grandmontagne

Rédacteur en chef de Datacenter Magazine - Co-fondateur de Human, Business & Technology SCOP SAS (éditeur de DCmag) - Journaliste, conférencier et analyste