2023 : les dépenses informatiques ne devraient pas être touchées par les coupes budgétaires

Une inflation élevée, des taux d’intérêt qui augmentent, un PIB qui se contracte, les entreprises se préparent à la récession. Pour autant, les perspectives pour 2023 ne sont pas toutes sombres, en particulier les dépenses informatiques.

Interrogés par Spiceworks Ziff Davis, la majorité des entreprises s’attendent à un ralentissement économique prolongé en 2023, et la moitié d’entre elles devraient pratiquer des coupes budgétaires.

  • Pourtant, près de 3 entreprises sur 5 s’attendent à une augmentation de leurs revenus en 2023. Seulement 1 sur 10 prévoit des déficits
  • Les dépenses informatiques devraient rester fortes, la majorité des responsables informatiques des entreprises interrogées prévoient des budgets technologiques en augmentation. Ils ne sont que 6 % à estimer que leur entreprise va réduire leurs dépenses technologiques.

La hausse des dépenses informatiques prend en partie sa source dans l’inflation. Mais la technologie est considérée comme un moyen de se prémunir contre l’instabilité économique. Et même les entreprises qui réduisent leurs budgets accordent leur priorité aux projets informatiques, aux mises à niveau de l’infrastructure, à la pénurie de talents et à l’accroissement des questions de sécurité.

  • Se profilent à l’horizon des réductions des dépenses non essentielles à l’échelle de l’entreprise : réévaluation des contrats des fournisseurs ; mise hors service les infrastructures obsolètes et redondantes ; retardement des achats de technologie ; réduction des embauches.

Face à la pénurie de talents, il est peu probable que l’embauche se contracte. Près d’un service informatique sur trois prévoit d’embaucher du personnel technique supplémentaire, soit en légère baisse par rapport aux deux cinquièmes cette année.

  • Pour compenser le ralentissement de l’embauche, les entreprises augmenteront leurs dépenses en services technologiques gérés dans le cloud et sur site.
Share: