330 millions de sites pour les satellites géostationnaires en 2026

L’économie mondiale grandissante dépend largement des communications à large bande. Les fournisseurs de services de télécommunications, pressés de fournir une large bande résiliente et une capacité supplémentaire pour toutes les zones géographiques de leurs marchés, se tournent vers les satellites.

Alors que le déploiement de la fibre optique et la couverture 5G et 4G se poursuivent, ils sont insuffisants pour répondre aux besoins large bande des entreprises comme des consommateurs. Les communications par satellite offrent une solution de ‘réseau de réseau’ apte à augmenter les systèmes de communication réseau existants, comme les réseaux cellulaires mobiles et la fibre optique, et permettant une plus grande résilience et des augmentations de capacité à la demande.

Selon ABI Research, le ‘marché du service adressable’ (SAM – serviceable addressable market) pour les satellites mondiaux à large bande, qui repose sur les satellites géostationnaires (GEO), en orbite terrestre moyenne (MEO) et en orbite terrestre basse (LEO), s’élèvera à 330 millions de sites locaux, soit l’équivalent de 1,3 milliard de membres en 2026.

En plus de fournir un accès direct à large bande par satellite, les fournisseurs de communications par satellite peuvent également jouer un rôle crucial dans la prise en charge du trafic de liaison à partir des stations de base cellulaires mobiles. Les constellations de satellites GEO, MEO et LEO offrent une couverture omniprésente et dense tout en restant sécurisées et facilement disponibles en cas de panne de réseau.

Avec des abonnements cellulaires mobiles qui devraient atteindre 8,8 milliards d’ici 2026, les entreprises de communication par satellite peuvent soutenir et contribuer à cette croissance en fournissant une couverture aux communautés rurales et en aidant à ‘recharger’ la capacité dans les zones suburbaines qui n’ont pas accès à la fibre optique à haute capacité.

Cela reste cependant soumis à l’essor de la virtualisation des réseaux satellitaires – Software Defined Satellite Networks, Software Defined Networking et Network Function Virtualization – qui permettra davantage de synergies entre les constellations de satellites et l’intégration transparente des communications par satellite dans l’infrastructure de réseau unifiée à travers les technologies de connectivité.

Share:

Author: Yves Grandmontagne

Rédacteur en chef de Datacenter Magazine - Co-fondateur de Human, Business & Technology SCOP SAS (éditeur de DCmag) - Journaliste, conférencier et analyste