Adista et Datafarm Energy développent le premier Datacenter alimenté à l’énergie issue des biodéchets

Adista et Datafarm Energy prévoient la mise en service, dès 2022, d’un Datacenter alimenté exclusivement en énergies renouvelables issues de la valorisation de biodéchets agricoles.

Une première dans le monde du Datacenter, à la recherche perpétuelle de solutions énergétiques renouvelables, décarbonées et sécurisées sur le long terme. Les deux entreprises ont pour objectif la mise en opération de la première tranche en 2022, et ont bien l’intention d’accroître rapidement les capacités énergétiques du futur site.

1er opérateur cloud et télécom alternatif B2B en France, Adista va opérer le futur centre de données dans son intégralité et déployer tout son savoir-faire en matière de gestion de Datacenter.

Grâce à Datafarm Energy, startup de l’énergie renouvelable, et sa Datafarm Box, concentré d’innovations énergétiques au service d’une data durable, le futur site d’Adista pourra être alimenté de façon continue en énergie renouvelable et tendre vers le « net zéro émission » en contribuant principalement à l’évitement des consommations électriques liées à la production de froid ; puis à la réduction des émissions en ayant recours au biogaz.

Répondre aux défis énergétiques et climatiques

« La maîtrise de l’impact environnemental du numérique est devenue un enjeu majeur du développement durable. Pionnier des Datacenters de proximité et des réseaux fibre optique, Adista s’est fixé pour priorité stratégique de devenir l’opérateur référent du marché en matière de Responsabilité Sociétale et Environnementale », explique Olivier Grosjeanne, Directeur Technique d’Adista.

La consommation énergétique des Datacenters devrait augmenter de 21% en 2025 par rapport à 2018* pour répondre à la massification du traitement des données numériques. Dans un même temps, les opérateurs comme Adista sont engagés dans une démarche de réduction de leur empreinte environnementale tout en devant garder un niveau de qualité de service continu 24/7, 365 jours par an.

C’est dans ce contexte, que l’approche unique de Datafarm Energy a été choisie par Adista.

Datafarm Energy utilise le biogaz issu du traitement des biodéchets agricoles grâce à la méthanisation, pour le régénérer en électricité et en froid de climatisation. Dans une démarche circulaire, le process de la startup permettra aussi la valorisation, sur place, de la chaleur résiduelle qui serait émise par les procédés du Datacenter.

Le biogaz, une solution durable et fiable

« En qualité d’énergie renouvelable, le biogaz est très peu émetteur de CO2 d’origine fossile et cumule l’avantage d’être non-intermittent, c’est à dire que sa production continue et pilotable (indépendante de l’ensoleillement ou du régime de vent) peut être parfaitement phasée avec les profils de consommation des Datacenters », déclare Stéphane Petibon, CEO de Datafarm Energy.

En s’adossant physiquement à une unité de méthanisation agricole, c’est-à-dire en installant le Datacenter directement à la ferme, les économies d’énergie sont nombreuses et permettent de réduire les émissions de GES jusqu’à 90% par rapport à une fourniture européenne.

La non-intermittence du biogaz permettra une totale autonomie du futur Datacenter d’Adista et l’émancipera de l’acheminement traditionnel de l’électricité depuis la centrale électrique en réduisant ainsi les pertes électriques et émissions carbone associées. Cette consommation locale et autonome est aussi encouragée par les sociétés en charge du transport et de la distribution de l’électricité (RTE et Enedis en France) qui y voient une opportunité au regard de l’équilibrage de leur réseau de plus en plus soumis à l’intermittence des parcs éoliens et solaires.

La source d’approvisionnement en biogaz auprès de l’agriculteur-méthaniseur est sécurisée pour une longue durée (5 à 10 ans) afin de faire bénéficier le client du même engagement.

Rien ne se crée, rien ne se perd

La circularité du modèle de ce futur Datacenter permettra de mettre en œuvre une véritable symbiose industrielle entre l’agriculteur et Adista, à travers laquelle les déchets thermiques (chaleur résiduelle) des différents procédés mis en œuvre seront captés et valorisés pour la production de froid nécessaire aux serveurs d’une part et les besoins de chaleur de l’agriculteur d’autre part. La valorisation thermique est souvent synonyme d’économie d’électricité, traditionnellement dédiée à la production de chaud ou froid, et donc de sobriété des installations.

* D’après le rapport de la Commission Européenne Energy-efficient Cloud Computing Technologies and Policies for an Eco-friendly Cloud Market publié à l’automne 2020

  • À propos d’Adista

Opérateur de Services Hébergés, Adista se positionne en France comme le premier opérateur cloud et télécoms alternatif B2B et le spécialiste des services informatiques et voix. La force d’Adista réside dans sa capacité à associer les savoir-faire d’hébergeur, d’opérateur de télécommunications, de spécialiste de l’informatique d’entreprise et du développement applicatif. Maîtrise de bout en bout de la qualité des services, vision hybride du système d’information, capacité à livrer les services IT et les technologies THD partout en France font la réussite de l’entreprise. Après l’acquisition de Fingerprint en 2020, de Waycom en février 2021, et le rapprochement stratégique avec unyc en septembre 2021, Adista c’est aujourd’hui 35 agences, 900 collaborateurs et un chiffre d’affaires de 222 millions d’euros dès 2021 avec pour ambition l’atteinte d’un chiffre d’affaires de 500 millions d’euros en 2025.

  • À propos de Datafarm Energy

Issu de deux années de R&D, Datafarm Energy a mis au point un ensemble technique dimensionné pour assurer la fourniture stable et continue des énergies électriques et frigorifiques nécessaires au bon fonctionnement d’un Datacenter. La startup récompensée de plusieurs prix et labels pour son innovation, a sécurisé une première levée de fonds et compte 7 personnes à son bord. Elle vise le marché européen et un CA de 25 millions d’euros en 2025.

Share:

Author: Yves Grandmontagne

Rédacteur en chef de Datacenter Magazine - Co-fondateur de Human, Business & Technology SCOP SAS (éditeur de DCmag) - Journaliste, conférencier et analyste