Adopter le biocarburant HVO pour alimenter le secours… mais pas n’importe comment !

Avec une capacité de déduction des émissions de GES jusqu’à 90% par rapport au diesel qui alimente les groupes de secours, les carburants à base d’huile végétale hydrotraitée (HVO) séduisent de plus en plus d’acteurs du datacenter. A la condition d’évaluer la chaîne d’approvisionnement du biocarburant.

Comme ses grands concurrents – Digital Realty et Compass Datacenters en tête, lire nos articles – le géant Equinix porte un intérêt certain au biodiesel HVO. Dans son rapport sur le développement durable en 2021, Equinix a d’ailleurs déclaré qu’il « pilotait le HVO sur plusieurs sites et qualifiait la chaîne d’approvisionnement pour évaluer une transition vers l’abandon du diesel« .

Ainsi Equinix s’est engagé à utiliser des générateurs compatibles HVO dans toutes les nouvelles constructions, ainsi que dans certaines rénovations. La direction technique (CTO) reconnait que HVO est « une excellente solution pour les actifs qui existent déjà« . D’ailleurs, côté technique, les équipes d’Equinix estiment que HVO réduit les émissions des générateurs, sans impact réel sur l’efficacité, et seulement une légère réduction de la puissance de sortie absolue.

La technologie est suffisamment mature pour que se réduise le différentiel entre les groupes diesel et les groupes HVO. Mais les équipes d’Equinix font également le constat de la pauvreté de la source… Que se passe-t-il ?

Si de nombreux pays se sont engagés dans la production de HVO, sa production est souvent synonyme de déforestation. En particulier en Indonésie et en Malaisie, et plus largement dans tous les pays où cette production repose sur l’huile de palme. Même s’il faudra certainement réaliser des compromis quant à la culture de certaines matières premières végétales, les exploitants de datacenters pourraient ne retenir que des fournisseurs de carburant qui se sont engagés à ne pas utiliser d’huile de palme dans leurs produits HVO.

Le biocarburant peut-il justifier la déforestation de vastes étendues de forêt tropicale ? Le HVO est certainement une étape vers une alimentation de secours plus durable, mais pas à n’importe quel prix.

Share: