Atos et HDF Energy développent le premier datacenter fonctionnant à l’hydrogène vert

Atos et HDF Energy ont annoncé leur volonté de développer une solution complète pour alimenter, dans la durée, des datacenters avec de l’hydrogène généré par des énergies renouvelables. La solution devrait être la première disponible sur le marché pour les datacenters à forte consommation énergétique. Les deux entreprises ont pour objectif la mise en opération, dès 2023, d’un premier datacenter fonctionnant à l’hydrogène vert.

Atos concevra et fournira le matériel, les logiciels et les services d’intégration qui permettent d’exploiter l’électricité produite à partir d’hydrogène vert, en s’appuyant notamment sur des technologies d’intelligence artificielle (IA) pour optimiser la consommation. HDF apportera la centrale électrique fournissant une électricité prévisible et stable grâce à des piles à combustible de forte puissance alimentées par cet hydrogène vert, issu de parcs photovoltaïques ou éoliens.

Un véritable défi technologique

Les datacenters ont des besoins énergétiques élevés, fonctionnent 24/7, 365 jours par an, et ne peuvent pas connaître le moindre défaut énergétique. Dans ce contexte, l’approche adoptée par Atos et HDF, qui repose sur des sources d’énergie intermittentes, est particulièrement ambitieuse.

À l’heure où la consommation énergétique du numérique devient un enjeu majeur et où il est essentiel d’envisager de nouveaux modèles énergétiques, cette solution permettra aux opérateurs de datacenters et aux opérateurs cloud d’anticiper les contraintes futures des autorités de régulation et de proposer une solution à la fois durable et fiable à leurs clients, sans aucun compromis sur leur activité.

Combiner les compétences pour réduire l’empreinte carbone

Tirant profit de son expertise dans le domaine du calcul haute performance, la solution d’Atos comprend une couche logicielle qui vise à prévoir les besoins électriques du datacenter et à adapter la ressource (l’hydrogène vert) en conséquence. Ce processus complexe n’est pas seulement basé sur l’activité et la taille du datacenter, mais prend également en compte des données externes liées à l’environnement, comme les prévisions météorologiques. En tant que premier fabricant européen de supercalculateurs, Atos a développé plusieurs innovations qui limitent la consommation d’énergie des systèmes.

Grâce à sa maîtrise des technologies hydrogène de forte puissance, HDF a développé un nouveau type de centrales électriques totalement stables, non polluantes et compétitives par rapport aux groupes électrogènes fossiles. Les contraintes de disponibilité du datacenter seront intégrées dans la conception de la centrale afin d’offrir le plus haut niveau de service pour les clients les plus exigeants.

« Nous cherchons à développer des solutions pour soutenir nos clients dans leur approche de décarbonation. Dans cette perspective, la solution d’Atos et HDF sera la première du marché à permettre d’exploiter un datacenter en production, avec des charges de travail très exigeantes, en utilisant de l’hydrogène vert. Cela répond non seulement aux attentes des opérateurs, mais aussi du marché et des pouvoirs publics », explique Arnaud Bertrand, SVP, Directeur de la Stratégie et de l’Innovation pour les activités Big Data et Sécurité chez Atos.

« Nous sommes très enthousiastes à l’idée de développer le premier datacenter vert avec Atos. HDF est un pionnier de l’hydrogène-énergie et nous souhaitons démontrer que nos solutions ‘Hydrogen-to-Power’ sont adaptées à des clients pour qui l’approvisionnement en électricité fiable est stratégique. Ce développement au sein de l’industrie numérique, où la consommation d’énergie augmente chaque jour, nous ouvre un marché mondial considérable. Le partenariat HDF-Atos offrira la première infrastructure unique et durable pour ce vaste marché », précise Damien Havard, Président de HDF.

Cette initiative représente une nouvelle étape dans l’ambition d’Atos d’atteindre « zéro émission nette » d’ici 2028. Au cours de l’année passée, Atos a déjà accéléré la décarbonation de ses datacenters avec des progrès encourageants qui se sont traduits par une diminution de 15 % de la consommation énergétique mondiale de ses datacenters par rapport à 2019. En outre, les énergies renouvelables et sans carbone alimentent désormais 55% de tous les centres de données d’Atos (contre 32% en 2019). Par ailleurs, depuis 2014, Atos fournit des services d’hébergement neutres en carbone à ses clients en compensant 100 % des émissions de ses datacenters. Atos a également récemment signé le pacte Climate Neutral Datacenter Pact avec 35 autres entreprises et associations de toute l’Europe, soulignant ainsi la contribution du secteur au « Green Deal européen ».

Share: