Automatisation des processus : comment gérer collaborateurs et robots logiciels ?

Par Tyler Suss, Directeur Marketing, Kofax

Alors que l’automatisation intelligente continue de gagner du terrain, de plus en plus d’organisations se tournent vers les technologies d’automatisation robotisée des processus (RPA) pour être plus efficaces tout en valorisant les compétences des équipes internes.

Quoique complexe, l’orchestration des tâches attribuables aux robots logiciels (ou main d’œuvre numérique) d’une part, et celles à plus forte valeur ajoutée réalisées par les collaborateurs d’autre part, ou les deux, est la clé d’un projet d’automatisation réussi. De plus, elle apporte une amélioration substantielle de la productivité.

Gouvernance et sécurité

À l’heure où les collaborateurs et les assistants numériques cohabitent, créer un environnement de gouvernance unique est essentiel. Les processus automatisés doivent répondre aux exigences en matière d’audit et de conformité. La sécurité est également d’une importance capitale, l’atténuation des risques reste une priorité absolue pour les organisations de tous les secteurs. Pourtant, de nombreuses entreprises ne prennent pas suffisamment en compte les risques de sécurité associés à la RPA, tels que l’accès des robots logiciels aux données sensibles.

Une gestion centralisée permet aux responsables métiers de synchroniser les versions des robots logiciels avec les mises à jour de leurs systèmes informatiques, ce qui réduit les risques de panne et d’interruption des activités des robots logiciels. En parallèle, l’intégration du système de gestion des identités aux solutions de sécurité de l’entreprise renforce la gouvernance unifiée de l’accès des ressources humaines et numériques aux systèmes et applications sensibles, afin d’assurer la traçabilité de bout en bout.

Enfin, et comme toute solution applicative en entreprise dans un contexte de sécurité, de conformité et d’audit, il s’agit de gérer le cycle de vie des robots logiciels, depuis leur conception et leur déploiement jusqu’à leur décommissionnement.

Orchestration et gestion de la main-d’œuvre

Une plateforme ouverte permet aux entreprises d’orchestrer efficacement le travail entre les personnes, les technologies internes et les robots RPA tiers. Qu’il s’agisse d’un collaborateur humain ou numérique, les entreprises peuvent assigner la bonne personne à la bonne tâche, au bon moment, tout en maîtrisant la complexité et le coût associés à une tâche ou un projet précis. En outre, une plateforme ouverte donne aux entreprises la possibilité de bénéficier des technologies d’IA plus avancées au fur et à mesure de leur apparition.

Visibilité

Dans un souci d’amélioration continue, il est essentiel d’obtenir – et de maintenir – une visibilité totale de toutes les ressources qui exécutent des tâches dans le cadre d’un processus.

Les organisations doivent être en mesure d’identifier précisément, de façon transversale, les tâches qui sont déjà effectuées, ce qui est en cours de réalisation, et pouvoir comparer les performances des processus avec les indicateurs clés de performance (KPI).

Évolutivité

Le succès des systèmes d’automatisation intelligente repose sur l’évolutivité. Cependant, la majorité des organisations éprouvent des difficultés à étendre la portée du projet de l’automatisation à l’échelle de l’entreprise.

La fragmentation des processus a constitué le principal obstacle à l’automatisation car elle en augmente les coûts indirects et réduit le retour sur investissement de la transformation numérique.

De façon générale, une gestion efficace et une orchestration pointue des collaborateurs et des robots logiciels dans le cadre d’une automatisation avancée des processus, sont gage d’efficacité, tout en offrant des avantages de la RPA.

Share:

Author: Yves Grandmontagne

Rédacteur en chef de Datacenter Magazine - Co-fondateur de Human, Business & Technology SCOP SAS (éditeur de DCmag) - Journaliste, conférencier et analyste