Cloud, sécurité des données, conteneurs et sauvegarde : tendances tech à suivre en 2020

Expertise de Patrick Rohrbasser, Regional VP France et Afrique chez Veeam

2019 a vu la technologie continuer d’avancer à grande vitesse et transformer les entreprises et les communautés, avec principalement les premiers déploiements de 5G et l’adoption de l’intelligence artificielle par les entreprises.

Les principales tendances IT qui se poursuivront en 2020 sont au nombre de deux. La première se résume au point d’équilibre bientôt atteint entre le cloud sur site et le cloud public. Le cloud est désormais la nouvelle norme en matière de modèle de déploiement ; une observation confirmée par 85% des entreprises qui s’identifient aujourd’hui comme étant principalement cloud hybride ou multi-cloud. Par extension, la seconde tendance amenée à s’imposer en 2020 sera liée aux questions de cybersécurité et de confidentialité des données, qui restent des préoccupations majeures pour les décideurs informatiques en matière de cloud. Les cybermenaces seront à la hausse l’année prochaine. Les entreprises doivent donc s’assurer de pouvoir restaurer la totalité de leurs données métiers critiques.

Voici plusieurs tendances technologiques dont les entreprises chercheront à tirer parti et auxquelles elles doivent se préparer au cours de l’année à venir.

La généralisation de l’adoption de conteneurs

L’adoption de conteneurs va permettre, en 2020, d’accélérer la production logicielle grâce à des fonctionnalités DevOps plus robustes, contribuant à la consolidation par Kubernetes de son statut de plateforme d’orchestration de conteneurs incontournable. La popularité de cette « conteneurisation » s’explique par deux facteurs : la rapidité et la simplicité. Les conteneurs sont des types de données abstraits qui permettent de séparer une application du système d’exploitation. Les conteneurs permettent de packager les microservices avec leurs dépendances et leurs configurations, et ainsi de développer, d’expédier et de déployer ces services plus rapidement et plus facilement. La tendance au multi-cloud implique que les données soient transposables à différents clouds, en particulier aux principaux fournisseurs comme AWS, Microsoft Azure et Google Cloud. En 2020, les entreprises devraient être de plus en plus nombreuses à considérer les conteneurs comme un élément essentiel de leur stratégie informatique.

Accroître la mobilité et la portabilité des données avec la gestion des données dans le cloud

Les entreprises se tourneront vers la gestion des données dans le cloud pour garantir la disponibilité de leurs données dans l’ensemble de leurs environnements de stockage. Les données doivent être fluides au sein d’un environnement hybride et multi-cloud ; l’approche de la gestion des données dans le cloud est devenue un secteur à part entière grâce à sa capacité à accroître la mobilité et la portabilité des données. En 2020, les entreprises envisagent de consacrer en moyenne 41 millions de dollars au déploiement des technologies de gestion de données dans le cloud. Pour répondre à l’évolution des attentes de leurs clients, les entreprises cherchent constamment de nouvelles approches pour augmenter la portabilité de leurs données. Cette vision de disponibilité des données « quand on en a besoin et à l’endroit où l’on en a besoin » n’est possible qu’avec une stratégie robuste de gestion des données dans le cloud. Ce type de stratégies va devenir de plus en plus important au cours de l’année à venir.

Privilégier la réussite et la vitesse des restaurations plutôt que des sauvegardes

Les accords de niveaux de service (SLA) et les attentes en matière de disponibilité des données vont se renforcer au cours des douze prochains mois, alors que les plafonds en matière de temps d’arrêt et d’interruption de service ne feront, eux, que s’abaisser. Par conséquent, en matière de sauvegarde et de restauration, l’attention porte désormais sur la phase de restauration. Si la sauvegarde était auparavant difficile, chronophage et coûteuse, elle s’est améliorée grâce à des réseaux plus rapides, à l’utilisation d’appareils de sauvegarde cibles et à l’amélioration de la capture et de l’automatisation des données. En 2019, près d’un tiers des entreprises sauvegardent et répliquent en continu leurs applications critiques. L’enjeu principal des entreprises aujourd’hui est de pouvoir restaurer la totalité de leurs données, et de pouvoir effectuer une restauration complète en quelques minutes. En plus de la tranquillité d’esprit apportée aux équipes en matière de maintien de la disponibilité de leurs données, un jeu complet de données sauvegardées peut être utile à des fins de recherche, de développement et de test. Exploiter ces données permet à l’entreprise de prendre des décisions éclairées en matière de stratégie de transformation digitale et de développement.

Le software-defined sur le devant de la scène

Si les entreprises continueront de choisir les technologies et le matériel de stockage en fonction de leurs besoins, la gestion des datacenters restera encore majoritairement une question de logiciel. L’approvisionnement manuel de l’’infrastructure informatique est en passe de devenir une pratique obsolète ; en parallèle, l’Infrastructure as Code (IaC) continuera à se généraliser. L’IaC réduit le temps et les coûts liés à l’approvisionnement de l’infrastructure sur plusieurs sites, en permettant aux entreprises de créer un plan détaillé du rôle de l’infrastructure et de la déployer au sein de tous les environnements et emplacements de stockage. Les approches software-defined comme l’IaC et le “cloud native” (qui correspond à une stratégie utilisant de manière native les services et l’infrastructure de fournisseurs cloud) ne sont pas uniquement une question de coûts. L’automatisation des procédures de réplication et l’exploitation du cloud public offrent précision, agilité et évolutivité, permettant ainsi aux entreprises de déployer des applications rapidement et facilement. Le SaaS, une approche software-defined de la gestion des données, est désormais pertinent pour la majorité des entreprises, comme le prouve le fait que trois quarts d’entre elles l’utilisent.

Remplacer les solutions de sauvegarde, plutôt que les mettre à jour

En 2020, la tendance sera au remplacement des technologies de sauvegarde plutôt qu’à leur augmentation, les entreprises privilégiant davantage la simplicité, la flexibilité et la fiabilité de leurs solutions de continuité d’activité, alors que le besoin d’accélérer les déploiements technologiques sera de plus en plus prégnant. En 2019, les entreprises affirmaient avoir subi en moyenne 5 interruptions de services imprévues au cours des 12 mois précédents. Par peur de voir les fournisseurs traditionnels incapables de garantir la disponibilité des données, les entreprises préfèrent se tourner vers le remplacement complet de leurs solutions de sauvegarde et de restauration, plutôt que d’acquérir des solutions de sauvegarde supplémentaires pour renforcer les outils existants. Parmi les raisons qui motivent ce remplacement complet des solutions, plutôt que d’opter pour des correctifs et des mises à jour, figurent les coûts de maintenance, le manque de virtualisation et de capacités cloud, ainsi que des problèmes de rapidité d’accès aux données et de difficulté de gestion. Les entreprises préfèrent repartir de zéro et avoir le sentiment qu’elles utilisent une solution adaptée qui répondra aux exigences des utilisateurs à tout moment.

Toutes les applications deviendront critiques

Le nombre d’applications que les entreprises considéreront comme critiques augmentera en 2020, donnant lieu à une situation où chaque application sera considérée comme hautement prioritaire. Jusqu’ici, les entreprises distinguaient leurs applications critiques des autres. Mais cette distinction devient de plus en plus ténue dès lors que les entreprises sont complètement dépendantes de leur infrastructure numérique. Les décideurs informatiques estiment que leur entreprise peut supporter un maximum de 2 heures de temps d’arrêt de leurs applications critiques en moyenne. Mais dans les faits, peu d’entreprises peuvent réellement se permettre une interruption de service de plusieurs heures sur leurs applications. Le coût des temps d’arrêt des applications est estimé à un total de 20,1 millions de dollars de perte de chiffre d’affaires et de productivité à l’échelle mondiale chaque année. La perte de données d’applications critiques coûte, quant à elle, 102,45 dollars par heure en moyenne. En réalité, chaque application est critique.

Considérer la sauvegarde comme un élément indispensable à toute stratégie de sécurité des données

Toutes les entreprises partagent le même niveau de préoccupation en matière de sécurité des données aujourd’hui, et la tendance n’est pas prête de s’inverser en 2020. S’il est fortement déconseillé de payer la rançon en cas de cyberattaque, la seule autre option pour récupérer et restaurer les opérations de l’entreprise est de disposer d’une sauvegarde des données récente, fiable et disponible immédiatement. Jusqu’à présent, la sauvegarde était généralement le grand oublié des stratégies de sécurité ; mais en 2020, elle sera au cœur de la réflexion et de l’élaboration par les entreprises d’une stratégie pour protéger efficacement leurs données. En dédiant ne serait-ce qu’1% du montant des pertes financières que cause un rançongiciel à l’acquisition d’un système complet de protection des données, une entreprise peut se doter d’une garantie de reprise d’activité sans perte de données.

Share: