Comparaison des types de datacenters : des armoires de serveurs aux hyperscalers

Vision d'expert de Rosenberger OSI

Aussi diverses que soient les exigences des entreprises en matière de collecte, de traitement et de transfert de données, les types de Data Centers sont aujourd’hui tout aussi variés. Il n’y a plus un seul type de Data Center. Mais que recouvre ce terme ? Et comment les différents types se distinguent-ils les uns des autres ?

Comment distinguer les différents types de Data Centers ?

En théorie, les différents types de datacenters peuvent être différenciés par deux facteurs. Premièrement, par l’unité spatiale. Ici, la gamme s’étend d’un simple rack de serveurs dans lequel les ressources informatiques sont regroupées, à une pièce ou un étage, à un bâtiment spécifique. Le second facteur concerne les unités fonctionnelles, qui sont essentielles pour les services de calcul, de stockage et de transfert, et qui contrôlent les processus sous-jacents. Plus précisément, l’équipement informatique.

Les architectures des Data Centers pour PME

Cabinets et Data Centers d’entreprise

La structure et l’équipement d’un datacenter sont principalement basés sur les exigences et les applications utilisées par une entreprise. Par exemple, les salles climatisées des petites et moyennes entreprises (PME) contiennent généralement quelques serveurs installés dans des armoires appelées racks. Un rack peut contenir plusieurs serveurs. Les options d’extension modulaire permettent d’étendre facilement le parc de serveurs.

Les installations plus grandes sont appelées datacenter d’entreprise. À cette fin, plusieurs rangées de racks sont installées dans de grandes salles. Généralement, ces installations sont conçues de manière redondante et placées dans deux zones de protection contre l’incendie distinctes pour des raisons de sécurité. Une simple climatisation ne suffit généralement plus ici, c’est pourquoi de puissants systèmes de refroidissement sont souvent utilisés pour assurer un fonctionnement sans faille.

Externalisation des datacenters à des sociétés tiers

Colocations et hébergement

Les colocations sont une variante relativement nouvelle mais en pleine expansion des datacenters. Ce terme décrit l’exploitation d’un datacenter dans le bâtiment d’un fournisseur tiers. Les colocations sont spécialement conçues pour répondre aux besoins des différents utilisateurs et offrent aux entreprises la possibilité d’externaliser tout ou partie de leur propre équipement informatique dans l’environnement d’un datacenter de pointe.

À cette fin, le datacenter en colocation met à la disposition des utilisateurs leur propre espace dans les salles existantes. L’une des options est ce que l’on appelle les “cages”. Il s’agit de sections spécialement sécurisées dans lesquelles un locataire installe son propre matériel. Une autre solution consiste à équiper le datacenter de plusieurs rangées de racks. Les utilisateurs peuvent réserver des racks ou des serveurs individuels pour leurs propres applications. Selon le fournisseur, des services gérés pour l’exploitation du datacenter peuvent également être utilisés en plus des infrastructures de pointe du bâtiment, comme celles proposées par Rosenberger OSI.

Alors que le matériel est fourni par le client lui-même dans le cas de colocations, des serveurs virtuels ou physiques peuvent être loués dans le cas de l’hébergement. Le matériel fourni, les programmes et les logiciels de base appartiennent à l’opérateur du datacenter. Celui-ci se charge également de l’entretien du matériel, de la sécurité et, enfin, des mises à jour régulières. Toutefois, si nécessaire, ils prennent également en charge l’administration des solutions utilisées par un client hébergeur. Les utilisateurs sont connectés au datacenter de l’hébergeur par des lignes louées sécurisées ou par l’internet.

Hautement standardisés et hautement évolutifs

Hyperscalers & datacenters dans le cloud

Les hyperscalers se situent dans le segment supérieur des applications. C’est le nom donné aux systèmes dans lesquels plusieurs milliers de serveurs sont connectés en réseau (grid computing). Ils sont presque infiniment extensibles, hautement disponibles et offrent une performance, un débit et une redondance maximum. Pour y faire face, un haut degré de standardisation est nécessaire. Les hyperscalers les plus connus sont les quatre principaux fournisseurs de cloud computing : Amazon, IBM, Microsoft et Google.

Les hyperscalers proposent à leurs clients une infrastructure sous forme de service (IaaS) et prennent en charge l’administration complète des systèmes pour eux. En coopérant avec plusieurs hyperscalers, les utilisateurs évitent de dépendre d’un seul fournisseur et de son infrastructure. La coopération avec d’autres partenaires offre également la possibilité de sélectionner exactement les services cloud qui répondent le mieux aux besoins de chaque client. Les défis commerciaux peuvent ainsi être maîtrisés rapidement et de manière rentable. Les entreprises deviennent ainsi plus flexibles et plus efficaces.

L’exemple de l’Allemagne

Une étude menée par IDC en juin 2020* montre que le cloud s’impose de plus en plus dans les entreprises allemandes et qu’il y est déjà solidement ancré. Selon l’étude, 46 % des entreprises interrogées sont dans une phase avancée de mise en œuvre du cloud.

Le cloud est devenu une partie intégrante des entreprises allemandes

S’il existe un réseau d’hyperscalers ou même des datacenters plus petits, on parle alors de cloud datacenters ou datacenters dans le cloud. Les fournisseurs dans cet environnement sont Oracle, Telekom ou Plusserver, pour n’en citer que quelques-uns. Ils travaillent souvent en étroite collaboration les uns avec les autres pour offrir une gamme complète et une couverture sans faille.

Des datacenters spéciaux

Datacenter edge (ou de périphérie) et conventionnel dans un réseau

Outre les datacenters traditionnels, des datacenters spéciaux apparaissent de plus en plus souvent. Par exemple, en raison du développement dynamique de l’IdO, de plus en plus de datacenters Edge apparaissent. Au cœur de ce phénomène se trouve un datacenter classique qu’une entreprise exploite sur son site avec une infrastructure commune. Le traitement local des données est déjà effectué à la périphérie (edge) par les composants qui y sont utilisés. Un exemple en est les mesures des capteurs telles que celles utilisées dans une ville intelligente pour le trafic routier. Les données qui y sont prétraitées sont ensuite transmises au datacenter de niveau supérieur. Les durées d’exécution courtes des signaux permettent des applications en temps réel.

Les supercalculateurs, champions de la performance dans les datacenters

Les super-calculateurs sont un autre équipement spécial. Ces datacenters hautes performances se caractérisent par des performances extrêmement élevées et, d’un point de vue technique, fonctionnent au niveau de performance le plus élevé possible. Leur capacité de traitement, en particulier la vitesse de calcul, est plusieurs fois supérieure à celle offerte par un ordinateur lambda le plus rapide. Les applications typiques comprennent les prévisions météorologiques ou le traitement de projets très complexes ou à forte intensité de données dans le domaine de la science et de la recherche. Les supercalculateurs les plus puissants du monde figurent dans une liste du TOP500 et sont comparés entre eux.

Container : solutions flexibles pour les datacenters

Parmi les types de datacenters spéciaux, les containers sont les tout derniers. Ils sont composés d’un ou de plusieurs modules qui sont déjà équipés de tous les composants nécessaires au fonctionnement du datacenter. De cette manière, les datacenters peuvent être mis en place rapidement et sans grand effort à différents endroits. Les containers permettent également d’étendre sans difficulté les structures existantes. Ils peuvent prendre en charge les opérations régulières ou être utilisés comme solution Edge. Leur utilisation augmente la flexibilité informatique et optimise les coûts.

Sur quelles structures de datacenters votre entreprise s’appuie-t-elle ? Comment votre datacenter va-t-il se développer à l’avenir ?

  • Source : IDC, juin 2020 – janvier 2021 : https://www.idc.com/getdoc.jsp?containerId=prEUR146745720
Share: