Data4 est-il à vendre ?

Selon L’informé, Axa serait tenté de céder sa participation dans Data4, le géant français des datacenters européens. Cette rumeur n’est pas nouvelle, et ‘de sources proches du dossier’ elle serait infondée. A moins qu’elle ne cache d’autres projets…

AXA Investment Managers – Real Assets, filiale gestion d’actif d’Axa, a acquis la participation de Colony Capital dans Data4 en 2018 (l’autre actionnaire depuis sa création en 2006 était Alcatel, alors propriétaire du foncier de Marcoussis, campus du groupe en France). Depuis, le capital de Data4 s’est quelque peu dilué, sans que soit dévoilées les identités des nouveaux actionnaires, des entreprises françaises et un investisseur européen.

La variabilité du capital de Data4 a offert au géant français des datacenters l’assise financière qui lui manquait pour continuer son développement, en France et plus largement en Europe.

La rumeur portée par L’informé évoque le projet d’Axa de céder sa participation dans Data4. Au prix fort certainement, Axa aurait mandaté Deutsche Bank pour solder sa participation. Qu’en est-il réellement ?

Le groupe, sous la direction d’Olivier Micheli (photo), affiche une ambition folle mais maîtrisée : en France où il va ouvrir deux nouveaux datacenters début 2023 à Marcoussis ; à Milan et surtout à Madrid pour le sud de l’Europe ; en Pologne où il construit son premier datacenter ; en Allemagne comme nous l’indiquent des documents d’ECO qui font figurer Data4 parmi les acteurs de la colocation implantés localement ; et probablement sur d’autres territoires.

Data4 a besoin de financer sa stratégie de croissance interne rapide. Et peut-être externe ? Des mouvements au sein de son capital n’auraient donc rien de surprenant, le groupe cherche des fonds donc des investisseurs. Et il représente un investissement stratégique pour son principal actionnaire, Axa, que l’on imagine mal se désengager. Mais qui pourrait cependant céder de nouveau une partie de sa participation afin d’accompagner le besoin d’investissement de Data4.

Dans ces conditions, la présence de Deutsche Bank, à laquelle Olivier Micheli vient d’accorder une interview, n’aurait rien de surprenant. Il faut prendre en compte le volume des fonds à investir.

Nous resterons donc prudents face à la rumeur. De notre point de vue, Data4 n’est pas à vendre. Mais si l’idée lui venait, le groupe représenterait une cible de choix pour un riche investisseur qui cherche à se déployer et/ou se consolider en Europe…

Share: