Datacenters : perspectives éco et actions concrètes en faveur du climat en 2022

Par Jean-Pierre Tournemaine, Country Manager de Vertiv France

Depuis des années, les effets de la consommation électrique des datacenters sont au cœur des préoccupations. Les opérateurs de datacenters s’engagent plus que jamais à répondre efficacement aux problématiques d’écoresponsabilité. À mesure qu’ils poursuivent des initiatives ambitieuses pour répondre à ces préoccupations sur la durabilité environnementale, ils tracent une voie pour le reste du secteur tout en tirant parti de leur envergure pour accélérer l’avancement de technologies qui permettent des opérations plus durables.

De nombreuses entreprises feront de la durabilité des datacenters une priorité absolue en 2022. Une accélération spectaculaire des actions en faveur du développement durable et de la lutte contre la crise climatique est attendue cette année. Des géants du numérique tels que Google et Microsoft ont déjà annoncé leurs projets ambitieux en matière de développement durable : Google vise à n’exploiter que des sources d’énergie sans carbone d’ici 2030, tandis que Microsoft s’est fixé pour objectif de devenir neutre en carbone et positif en matière de consommation d’eau d’ici 2030.

Tout en prenant des mesures pour réduire l’impact de leurs sites sur le changement climatique, les opérateurs doivent simultanément s’assurer que les datacenters sont protégés des effets du changement climatique. Il est impossible de décider où et comment construire de nouveaux sites et installer des réseaux de télécommunications sans tenir compte des défis en matière de continuité associés aux événements météorologiques de plus en plus extrêmes (de très fortes chaleurs, les incendies et les ouragans).

Vers des objectifs de durabilité étape par étape

Dans leur démarche ciblée vers un numérique plus responsable, les premières étapes des opérateurs de datacenters consistent à faire correspondre l’utilisation de l’énergie avec une énergie 100% renouvelable et à capitaliser sur les nouvelles technologies d’infrastructure pour améliorer l’utilisation de l’énergie et réduire la dépendance aux systèmes de gestion du refroidissement à forte consommation d’eau.

Les entreprises ont encore de nombreux processus à mettre en œuvre en vue d’effectuer le suivi de leurs mesures de durabilité, notamment une meilleure surveillance de la consommation d’eau à tous les niveaux, de l’impact des émissions de carbone, des déchets électroniques ou du cycle de vie des équipements.

La prochaine étape du parcours vers la réalisation d’opérations à bilan neutre exige de réduire progressivement la dépendance au réseau, qui continuera probablement à dépendre de sources d’énergie à base de carbone dans un avenir proche. La combinaison de plusieurs technologies sera nécessaire pour rendre techniquement viable et économiquement attrayante la transformation de l’énergie du réseau en énergie renouvelable produite localement.

Les technologies qui pourront changer la donne en 2022

Si les entreprises souhaitent obtenir des résultats plus durables, plus résilients et plus fiables, les experts s’attendent à ce que les technologies suivantes prennent une place prépondérante : piles à combustible, ressources renouvelables, nouveaux systèmes de « refroidissement et climatisation », systèmes de stockage d’énergie de longues durées, notamment les systèmes de stockage d’énergie par batterie (BESS) et les batteries lithium-ion.

Les piles à combustible et les ressources d’énergie renouvelable ont le potentiel de libérer l’opérateur du datacenter des goulots d’étranglement et restrictions de capacité des réseaux publics. Dans la course à l’élimination des émissions de carbone, ces ressources peuvent être associées à un stockage d’énergie adéquat pour fournir une énergie à plus long terme, bon marché, propre et durable.

Cette course n’inclut pas seulement le carbone. Les entreprises souhaitant améliorer leur efficacité en matière d’utilisation de l’eau (WUE) pourront s’appuyer sur des systèmes de refroidissement qui sont extrêmement économes en eau ou qui n’utilisent pas d’eau du tout, en particulier dans les zones de sécheresse. De plus, grâce au règlement UE sur les gaz fluorés, les réfrigérants à fort potentiel de réchauffement global (PRG) seront progressivement remplacés par des réfrigérants à faible PRG d’ici 2030.

Le déploiement de solutions d’alimentation et de refroidissement innovantes pour favoriser la durabilité, représente un changement fondamental dans la façon dont les datacenters sont gérés. Pour devenir une réalité, il faudra des efforts concertés et une collaboration entre les opérateurs de datacenters, leurs partenaires d’infrastructure ainsi que les autres parties prenantes.

Author: Yves Grandmontagne

Rédacteur en chef de Datacenter Magazine - Co-fondateur de Human, Business & Technology SCOP SAS (éditeur de DCmag) - Journaliste, conférencier et analyste