De la maintenance du matériel informatique à l’effacement des données

Aujourd’hui, quel que soit le devenir de leur matériel, les entreprises doivent détruire les données qu’il contient et en fournir la preuve avant de le recycler.

Partenariat JILITI & BLANCCO : Jiliti, leader de la maintenance informatique, et Blancco Technology Group, le leader sur le marché des logiciels d’effacement de données et de diagnostic de périphériques mobiles, confirment leur collaboration pour proposer des solutions d’effacement sécurisé du matériel informatique.

Jiliti s’occupe de la maintenance des datacenters des entreprises, et de la maintenance de leur parc informatique. Les solutions d’effacement de données Blancco offrent à des milliers de sociétés les outils dont elles ont besoin pour déployer des procédures d’effacement de données sécurisé sur une large gamme d’équipements informatiques, en respectant les préoccupations environnementales.

Qu’est-ce que l’effacement sécurisé ?

L’effacement sécurisé permet aux entreprises de détruire de façon définitive toutes les données d’un support physique ou logique, tout en générant un rapport infalsifiable et signé numériquement. Aujourd’hui, la multiplication des normes telles que le RGPD oblige les entreprises à être conformes en termes de destruction et de sécurité des données, mais également de fournir des preuves tangibles de l’effacement des données via, notamment, un rapport d’effacement, sous peine de devoir payer des pénalités financières.

La solution d’effacement et de diagnostics Blancco permet de répondre à ces besoins, voire même plus : la fin de vie des équipements est un sujet prioritaire en entreprise. Sans effacement, l’entreprise prend le risque de voir ses données accessibles par d’autres parties. Pire, par des cybercriminels prêts à les publier, ou à les rendre contre rançon. La destruction des données stockées doit avoir lieu avant la sortie de l’équipement de l’entreprise. Aujourd’hui, ce cas de figure représente une forte demande : quel que soit le devenir du matériel, les entreprises doivent détruire les données qu’il contient et en fournir la preuve avant de le recycler. L’effacement sécurisé connaît un véritable essor à l’heure où le numérique responsable et la RSE imposent aux entreprises de réduire l’empreinte sociale, économique et environnementale.

Les mouvements de salariés et la location du matériel (leasing) sont également des sujets importants. Quand un employé arrive, il est nécessaire d’effacer totalement les données du matériel qu’on lui alloue pour refaire une nouvelle installation complète.

L’effacement sécurisé de données rime également avec économies à la restitution des matériels loués : certaines entreprises prennent la décision de ne pas rendre le matériel complet – sans les disques durs par exemple – une fois le leasing arrivé à échéance. Cela entraîne une pénalité de plusieurs milliers d’euros par appareil. Avec un contrat d’effacement sécurisé, les entreprises effectuent des économies en évitant ces pénalités, dont les montants peuvent être très élevés.

L’effacement de données intervient tout du long du cycle de vie de la donnée stockée sur des LUN, Machines Virtuelles et environnements de stockage. Il s’avère également primordial lors d’entrée ou sortie de cloud où toutes les données doivent être détruites de manière sécurisée et définitive avant mise à disposition du matériel. La fin de vie des données est un paramètre à ne pas sous-estimer. Dans un contexte de création d’architecture parallèle ou de délocalisation des données, dès qu’une donnée n’est plus utile ou obsolète, il faut la détruire pour qu’elle ne soit plus accessible.

En résumé, l’effacement sécurisé est un besoin en matière de sécurité, de conformité et d’efficacité opérationnelle (en cas de de matériel dispersé sur plusieurs sites par exemple). Il apporte une optimisation financière certaine tout en participant à la responsabilité sociale des entreprises, notamment en remettant après diagnostics complets certains équipements sur le marché.

Un partenariat au plus proche des besoins clients de Jiliti

Soucieux de toujours proposer des offres personnalisées, complètes, adaptées au budget de ses clients, ce partenariat avec Blancco permet à Jiliti de proposer un service uniforme sur toute la maintenance informatique, du début à la fin du processus. Toute la gestion du matériel, physique ou logique, est assurée par Jiliti jusqu’à l’effacement des données.

Dans ces processus, Jiliti a à cœur de s’entourer d’experts reconnus dans leur domaine et il est à noter que la solution Blancco génère un certificat d’effacement de données. Ce qui lui permet de répondre aux besoins de protection des données personnelles de nombreux clients et notamment les grands comptes. Avec Blancco, les clients ont la possibilité d’effacer le matériel à distance, notamment lorsque les matériels sont installés sur plusieurs sites ou Datacenters.

En tant que partenaire engagé, nous accompagnons nos clients dans l’optimisation de leur budget IT. Cette offre d’Effacement Sécurisé leur évite de payer de lourdes pénalités. A titre d’exemple certains de nos clients grands comptes fonctionnaient en location longue durée avec option d’achat. Cette option peut entraîner de lourdes pénalités au moment de la restitution si le matériel est incomplet ou s’il manque des disques durs sur une baie par exemple. Pour certains clients ces pénalités pouvaient représenter un million d’euros par an ! En comparaison, le coût de l’effacement de ces disques est d’environ 50 000 euros, économie non négligeable. Le partenariat avec Blancco est donc un partenariat gagnant-gagnant. Il nous permet d’apporter une sécurité complète de l’information associée à une optimisation financière lors du retour des équipements ou lors de la revalorisation », précise Stéphane Hascoët, PDG de Jilliti.

« Lors de la mise au rebus d’un matériel informatique, l’effacement de données n’est pas encore entré dans les habitudes des entreprises. Selon notre étude Mauvaises Pratiques de Développement Durable, une entreprise française sur deux ne dispose pas d’une politique relative aux déchets électroniques pour la gestion des périphériques en fin de vie. Et pourtant c’est fondamental, non seulement pour réduire l’impact environnemental, mais également les risques de vol de données », conclut Yves Gheeraert, directeur Benelux, France et Europe du Sud de Blancco.

Share:

Author: Yves Grandmontagne

Rédacteur en chef de Datacenter Magazine - Co-fondateur de Human, Business & Technology SCOP SAS (éditeur de DCmag) - Journaliste, conférencier et analyste