Digital Fortress part à la conquête des Amériques

Présente aux Etats-Unis avec des datacenters à Seattle, Portland, New Jersey, Denver et Chicago, la société Digital Fortress continue de se développer et a défini ses limites au continent américain.

En image : le datacenter Digital Fortress acquis à Richmond, en Virginie.

Première étape de la conquête des Amériques, Digital Fortress, dont le siège est à Seattle, dans l’État de Washington, s’est étendue au marché de Richmond, en Virginie. La société possède des datacenters à Seattle, Portland, New Jersey, Denver et Chicago. Mais l’annonce de son extension en Virginie, là où sont concentrés les plus gros datacenters hyperscales, est une déclaration de guerre, commerciale cela va sans dire.

Digital Fortress a acquis à Richmond, en Virginie, un campus du datacenters jusqu’ici détenu et exploité par Capital One, qui comprend également une ferme solaire de 150 kilowatts. La capacité du site sera portée à 25 MW.

D’un point de vue stratégique, le site acquis est placé sur la nouvelle route de fibre optique qui s’interconnecte avec les deux stations d’atterrissage de câbles sous-marins à Virginia Beach et Ashburn.

Mais surtout, Digital Fortress a de grandes ambitions, dont la Virginie n’est qu’un début : elle compte s’étendre sur le nord-ouest du Pacifique, le Canada et l’Amérique latine.

Share:

Author: Yves Grandmontagne

Rédacteur en chef de Datacenter Magazine - Co-fondateur de Human, Business & Technology SCOP SAS (éditeur de DCmag) - Journaliste, conférencier et analyste