Equinix va construire un 2ème datacenter à Oman, confirmant sa stratégie de couverture des câbles sous-marins

C’est en coopération avec Omantel qu’Equinix va construire à Salalah son second datacenter à Oman, SN1, point d’interconnectivité clé pour les flux de trafic entre l’Afrique, l’Asie, l’Europe.

La ville de Salalah est stratégique, à Oman comme dans la région du Moyen-Orient, et Equinix compte bien en faire un point d’interconnectivité clé entre l’Afrique, l’Asie et l’Europe. Ce sera le cinquième datacenter d’Equinix au Moyen-Orient, avec toujours à Oman, MC1 à Mascate, et trois autres datacenters à Dubaï et à Abu Dhabi.

Une stratégie tournée vers les points d’atterrissage des câbles sous-marins

La construction de SN1 est à replacer dans la stratégie d’Equinix d’ouvrir des points d’atterrissage des câbles sous-marins, avec des projets similaires à Gênes et à Bordeaux, et l’annonce de l’ouverture de connexions sous-marine au Portugal et au Brésil via EllaLink.

08Dans le cas du datacenter SN1 à Salalah, c’est dans le partenariat avec Omantel, le premier opérateur de gros régional du Moyen-Orient, qu’Equinix a trouvé le partenaire pour accompagner cette stratégie…

En effet, Omantel a investi dans plus de 20 systèmes de câbles sous-marins dans le monde. Oman dispose ainsi que 5 stations d’atterrissage de câbles sous-marins uniques et de connectivités sortantes avec plusieurs liaisons terrestres vers les pays voisins. Et c’est le premier et le seul transporteur du CCG à faire atterrir un câble sous-marin en Europe.

Egalement, en décembre dernier, Equinix a annoncé avoir été sélectionnée par SUB.CO pour l’hébergement du câble Oman-Australie (OAC), 9 800 km, dans ses datacenters IBX (International Business Exchange) à Perth, en Australie, et à Mascate, en Oman.

Author: Yves Grandmontagne

Rédacteur en chef de Datacenter Magazine - Co-fondateur de Human, Business & Technology SCOP SAS (éditeur de DCmag) - Journaliste, conférencier et analyste