IBM s’engage à atteindre un niveau d’émissions de gaz à effet de serre de zéro net d’ici 2030

IBM a annoncé qu’elle atteindra un niveau d’émissions de gaz à effet de serre de zéro net d’ici 2030, afin de poursuivre son travail de plusieurs décennies pour lutter contre la crise climatique mondiale. L’entreprise atteindra cet objectif en donnant la priorité aux réductions réelles de ses émissions, aux efforts d’efficacité énergétique et à l’augmentation de l’utilisation d’énergie propre dans les plus de 175 pays où elle opère.

Je suis fier qu’IBM montre la voie en prenant des mesures pour réduire considérablement les émissions“, a déclaré Arvind Krishna, président et directeur général d’IBM. “La crise climatique est l’un des problèmes les plus urgents de notre époque. L’engagement net zéro d’IBM est un pas en avant audacieux qui renforce notre leadership de longue date en matière de climat et positionne notre entreprise en avance sur les objectifs fixés dans l’accord de Paris sur le climat“.

Pour atteindre son objectif de zéro net, IBM va :

  • Réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 65 % d’ici 2025 par rapport à l’année de référence 2010. Le plus important dans la lutte contre le changement climatique est de réduire réellement les émissions. L’objectif “zéro émission” de l’entreprise est également assorti d’un objectif numérique spécifique pour les émissions résiduelles qui resteront probablement après qu’IBM aura fait tout ce qui est en son pouvoir pour les réduire.
  • Acheter 75 % de l’électricité qu’elle consomme dans le monde à partir de sources renouvelables d’ici 2025, et 90 % d’ici 2030.
  • Utiliser des technologies réalisables, telles que le captage du carbone (en 2030 ou d’ici là) pour éliminer les émissions dans une quantité égale ou supérieure au niveau des émissions résiduelles d’IBM.

L’engagement zéro net d’IBM fixe également des objectifs à court terme pour favoriser la responsabilisation et le progrès dès maintenant. Il est transparent en ce qui concerne la manière dont l’entreprise calcule et déclare l’usage d’énergies renouvelables. Par exemple, l’objectif d’IBM est basé sur l’énergie de l’entreprise non connexes et non dégroupés à nos sites.

L’initiative Future of Climate

Dans le cadre de l’engagement d’IBM en faveur du développement durable et de l’accent mis sur l’application de la science et de la technologie pour résoudre les principaux défis de la société, le département de recherche d’IBM a lancé une initiative intitulée “Future of Climate”, conçue pour accélérer la découverte de solutions permettant de faire face aux conséquences du changement climatique.

En utilisant une combinaison d’intelligence artificielle, de Cloud hybride et d’informatique quantique, les chercheurs d’IBM travaillent avec des clients et des partenaires pour appliquer la science aux problèmes complexes liés au climat, tels que l’empreinte carbone mondiale croissante des “workload” cloud et des datacenters, les méthodes permettant de modéliser et d’évaluer avec précision le risque de changement des environnements et des schémas climatiques, et la mise au point de nouveaux polymères, membranes et matériaux capables de capturer et d’absorber le carbone à l’origine des émissions.

Un engagement de plusieurs décennies

Le plaidoyer d’IBM pour la durabilité environnementale remonte à plusieurs décennies, avec sa première déclaration de politique environnementale d’entreprise publiée en 1971. Depuis 1990, IBM a publié ses performances en matière de gestion des déchets, d’économie d’énergie, d’utilisation d’électricité renouvelable, de réduction des émissions de dioxyde de carbone et de développement de solutions innovantes dans un rapport environnemental annuel. En 2007, IBM a déclaré publiquement sa position sur le changement climatique, affirmant que “le changement climatique est une préoccupation grave qui justifie une action significative au niveau mondial pour stabiliser la concentration atmosphérique des gaz à effet de serre”.

L’entreprise a soutenu l’accord de Paris en 2015, et en 2017, elle a publiquement réitéré son soutien aux États-Unis pour qu’ils en restent partie prenante. En 2019, IBM est devenu membre fondateur du Climate Leadership Council, et soutient pleinement son plan bipartite pour une taxe carbone dont 100 % du produit net serait versé aux citoyens sous forme de dividende carbone.

Share: