Incendie du datacenter SK C&C : entre déni et descente de police, avant la tempête des indemnisations

Accusations et dénis fusent dans l’affaire de l’incendie du datacenter de SK C&C en Corée du Sud. Une semaine après l’intervention des pompiers, des responsabilités émergent, et la police coréenne perquisitionne…

SK C&C – le datacenter – a-t-elle tardé à détecter l’incendie et à alerter ses clients ? Kakao – le client géant de l’internet coréen – a-t-il ignoré deux alertes incendies avant que ses serveurs ne tombent en panne ? Dans l’affaire de l’incendie du datacenter de SK C&C à Pangyo, en Corée du Sud, les parties en présence commencent à se jeter la balle. En cause, une question qui va se révéler essentielle : qui porte la responsabilité des défaillances de l’internet coréen, tombé avec l’incendie, et donc qui va payer et dédommager les clients ?

  • Il se confirme que l’incendie, qui a mobilisé une centaine de pompiers, aurait pour origine des batteries lithium-ion.
    … Voilà qui fait désordre chez le géant industriel SK Group, les batteries qui équipent le datacenter de la filiale SK C&C ont été fournies par une autre filiale du groupe, SK Innovation, et fabriquées par une troisième filiale, SK On.
  • SK C&C est accusé d’avoir ignoré deux alertes incendie émises quelques heures avant que les serveurs ne tombent en panne suite à l’incendie dans des batteries.
    … L’opérateur réplique en publiant un graphique qualifié de réel qui montre un mouvement stable à la fois en électricité et en tension.
  • Kakoa affirme qu’il n’a pu réagir à temps et répondre correctement, car il aurait été averti tardivement. SK C&C aurait inspecté les serveurs après les alertes, mais elle n’a pas informé Kakao.
    … SK C&C affirme au contraire « qu’il n’y avait pas d’alerte d’urgence », c’est pourquoi « aucun responsable n’a été envoyé pour vérifier ».
  • La police coréenne enquête, elle a procédé à une perquisition dans le datacenter incendié et s’est saisie de documents.
    … Elle cherche à réunir des preuves qui l’aideront à déterminer si des signaux anormaux ont été détectés sur des serveurs avant que soit déclaré l’incendie.

Quelle est la cause exacte de l’incendie ? Quels ont été les dysfonctionnement dans les réponses ? La réponse à ces questions aidera à déterminer la responsabilité de chacun, et les indemnisations. Et à se préparer aux audits parlementaires qui se dérouleront dans les prochains jours.

  • Kakao a estimé le coût des 10 heures de perturbations opérationnelles à 20 milliards de wons, soit environ 14 millions de dollars… hors indemnisation de ses clients.
Share: