La Chine veut exploiter 10 supercalculateurs exascale avant la fin 2025

La Chine veut prendre la tête de l’exascale, les supercalculateurs de dernière génération, et pour cela se serait lancée dans la construction de 10 exascale à échéance de 2025. Mais que peuvent valoir ces calculateurs ?

Image d’entête : l’exascale Tianhe-3 le plus puissant en production en Chine

Un nouvel article dans le Financial Times fait état d’une avance exascale de plus de 12 mois de la Chine sur les États-Unis, le Japon et l’Europe ; ainsi que du projet de la Chine de mettre en place 10 systèmes exascale d’ici 2025. Une vision qui repose sur « une présentation récente » de David Kahaner, directeur du programme d’information technologique asiatique (ATIP).

La Chine investit donc massivement dans la construction de ses systèmes de supercalculateurs exascale. Elle en possède déjà deux développés en secret, Sunway OceanLight et Tianhe-3, face aux Etats-Unis qui en possèdent trois.

Déjà se pose une question : qu’elle est la puissance réelle de ces calculateurs ? Les processeurs ont été développés en secret, et probablement fabriquéés à Taïwan. Mais comme souvent concernant ce type de technologie, faute de validation indépendante, les chiffres annoncés – 1,3 exaflops de pointe et 1,05 exaflops soutenu pour Sunway OceanLight, 1,7 exaflops de pointe et 1,3 exaflops soutenu pour Tianhe-3 – restent soumis à caution.

De même, les experts mettent en doute la capacité de la Chine à maîtriser les technologies exascale à l’image des projets américains. 10 exascale chinois en cours de construction peuvent-ils concurrencer 3 exascale américains aux mêmes échéances.

Dernier point essentiel, la R&D américaine, comme en Europe, mise fortement sur le développement logiciel – la moitié des 3 milliards de dollars consacrés par les USA aux trois projets exascale en place -, ce qui donne toute sa performance aux GPU qui équipent l’exascale, et qui offre prabablement quelques temps d’avance face à la recherche chinoise.

Mais… la concurrence en Chine est désormais moins extérieure, avec le reste du monde, qu’intérieure, entre entreprises chinoises. Ce qui laisse présager d’importants développements sur de multiples usages, en particulier l’Intelligence Artificielle (IA), le champ de bataille technologique du futur.

Author: Yves Grandmontagne

Rédacteur en chef de Datacenter Magazine - Co-fondateur de Human, Business & Technology SCOP SAS (éditeur de DCmag) - Journaliste, conférencier et analyste