Le cloud hybride offre le choix et le contrôle pour naviguer en période d’incertitude

Pourquoi le cloud hybride offre le choix et le contrôle dont les entreprises ont besoin pour naviguer en période d’incertitude ?

Cyril Fakiri, Directeur Technique de Lenovo Data Center Group

Il y a encore peu de temps, les chefs d’entreprise se demandaient s’ils devaient adopter le cloud. Aujourd’hui, les discussions sont beaucoup plus variées et nuancées, et les questions concernent plutôt ce qu’ils devraient faire dans le cloud : choisir entre Cloud public ou privé, hébergé sur site ou en externe, externalisé ou pas etc… Et quid des anciens systèmes ?

En période d’incertitude, les entreprises ont besoin d’être rassurées et force est de constater qu’il n’y a pas de réponse précise à ces différentes questions. Chaque entreprise est unique. Ses objectifs, ses ressources, ses réseaux de partenaires, ses compétences et ses défis réglementaires varient donc en fonction de chacune d’entre elles. Ces éléments sont une partie des nombreux facteurs subjectifs qui influent la prise de décision d’une entreprise à se tourner vers le Cloud. Ce choix doit donc refléter ces réalités.

Bien qu’il n’y ait pas de solution miracle pour résoudre la complexité d’un cloud, les deux éléments qui distinguent les entreprises qui réussissent dans le cloud de celles qui aspirent encore à l’utopie du cloud sont le choix et le contrôle.

Ces deux principes, à première vue, semblent être des avantages naturels à l’adoption du cloud. Toutefois, pour vraiment en tirer profit, ils doivent être intégrés à la structure du modèle d’exploitation du cloud.

Le choix

  • Performance / latence

Le choix, c’est la possibilité de pouvoir décider ce qui doit être exécuté, pour répondre aux besoins de rapidité et de temps de réponse de chaque charge de travail.

Par exemple, certaines applications, comme les logiciels de gestion standards, ne nécessitent pas forcément une vitesse d’exécution plus rapide ou une latence plus faible. Le choix de leur lieu d’exécution peut donc être basé sur des exigences de base en matière de fiabilité et de temps de fonctionnement.

Tandis que pour d’autres tâches, telles que l’analyse de données à forte intensité de ressources ou les charges de travail expérimentales, la décision sera plus probablement basée sur l’environnement qui répond le mieux aux exigences en matière de rapidité d’exécution, de disponibilité et de coût.

  • Évolutivité

Les entreprises modernes doivent être capables de s’adapter aux changements. Si certains secteurs d’activité, dont la charge de travail est essentiellement statique peuvent avoir un degré élevé de prévisibilité de leurs besoins en matière d’IT, d’autres peuvent être soumis à d’énormes fluctuations de la demande.

Par exemple : l’augmentation soudaine de transactions à laquelle un prestataire de services de paiement doit faire face au cours du mois de décembre, ou celle d’un fabricant de pièces automobiles à la suite d’un nouveau contrat de fourniture important.

Dans ces cas, la capacité de l’entreprise à s’adapter à la hausse de la demande serait considérablement renforcée par un «éclatement/déploiement» dans le cloud public.

De même, l’évolutivité signifie également que l’entreprise a le choix de réduire sa capacité une fois que la demande et les besoins se sont amoindris.

  • Fournisseur

Ces dernières années, le marché du cloud s’est fortement consolidé. Chaque fournisseur de cloud a ses propres caractéristiques et avantages, et une approche unique trouvera inévitablement ses limites.

Les clients souhaitent pouvoir profiter des avantages de chaque fournisseur, car ils répondent le mieux à leurs diverses exigences en matière d’applications (par exemple, AWS pour les tests et le développement de logiciels, Azure pour les applications Office, SAP pour les logiciels d’exploitation commerciale sur site, etc.) Le choix offert aux clients est de pouvoir opérer dans plusieurs environnements du cloud sur une base optimale, en transférant facilement les charges de travail entre les cloud ou même hors du cloud si nécessaire.

Le contrôle

  • Règlement

Dans un paysage commercial en rapide évolution, le contrôle est précieux. Ces dernières années, de nouvelles exigences réglementaires telles que RGPD sont entrées en vigueur. Les entreprises sont donc à la recherche d’un modèle d’exploitation du cloud qui va faciliter des processus de gouvernance solides et efficaces. Il s’agit notamment de pouvoir décider quelles données sont conservées, dans quel lieu géographique, et d’avoir le pouvoir de déplacer les informations sans friction là où la conformité l’exige.

  • Transparence des coûts

Dans de nombreux cas, les projets d’entreprise dans le cloud échouent en raison de leur coût et de leur complexité. Les entreprises démarrent avec une vision audacieuse, se heurtent à des coûts imprévus et explosent le budget à peine le projet commencé.

Pour contrôler le cloud, les entreprises doivent à la fois :

  • avoir une transparence sur les dépenses dans le cloud (pour éviter le risque de choc sur la facture) ;
  • disposer d’un modèle de consommation qui permet d’augmenter l’utilisation des ressources sur la base d’un paiement à l’utilisation.

Ces éléments permettent une prise de décision plus souple en matière d’allocation des ressources, avec l’avantage d’une réduction des risques liés aux coûts.

  • Vie privée

Si l’entreprise entreprend un nouveau projet qui nécessite un maximum de confidentialité, le choix s’orientera davantage vers la gestion des données en interne plutôt que de générer des niveaux de trafic importants (et potentiellement détectables) avec un fournisseur de services cloud.
Dans de telles situations, le contrôle signifie être en mesure de protéger la vie privée de l’entreprise en prenant des décisions éclairées sur le choix d’utiliser le cloud ou pas.

Naviguer dans l’incertitude

La recherche de l’utopie du cloud a conduit les entreprises à emprunter diverses voies et à combiner divers modèles de fonctionnement. De nombreuses entreprises ont encore des difficultés à trouver la meilleure combinaison entre les diverses possibilités du cloud et les besoins les plus pressants de leur activité. Ces entreprises peuvent trouver satisfaction dans la mise en place d’un environnement hybride qui répondra le mieux à leurs besoins.

Le cloud hybride propose un modèle attrayant qui aide à trouver l’équilibre entre le choix et le contrôle dont les entreprises ont besoin pour faire face à l’incertitude de la prochaine décennie. De telles opportunités n’existaient pas il y a cinq ans et offrent des avantages considérables aux entreprises, prêtes à les saisir.

Share:

Author: Yves Grandmontagne

Rédacteur en chef de Datacenter Magazine - Co-fondateur de Human, Business & Technology SCOP SAS (éditeur de DCmag) - Journaliste, conférencier et analyste