Le Cloud Hybride plébiscité comme le modèle informatique idéal

Selon une nouvelle étude du cabinet Vanson Bourne pour Nutanix, 95 % des personnes interrogées pensent que leur organisation bénéficierait d’une adoption générale du cloud hybride, mais 70 % estiment que leur transformation vers ces modèles prend plus de temps que prévu.

Nutanix présente les résultats d’une étude sur le cloud hybride qui décrypte les défis majeurs et les opportunités liés à l’adoption du cloud hybride.

Alors que la plupart des entreprises considèrent le cloud hybride comme le modèle informatique idéal, le rapport montre que beaucoup peinent à l’adopter. En effet, selon la nouvelle étude, 70 % des entreprises estiment que leur transformation prend plus de temps que prévu alors que presque toutes les personnes interrogées (95 %) pensent que leur organisation bénéficierait d’une mise en œuvre hybride.

« Aujourd’hui, les organisations modernes ont besoin d’avancer avec flexibilité. Le point critique de cette flexibilité est la décentralisation des ressources pour les rendre plus facilement disponibles », a déclaré Jonathan Gosselin, General Manager, Southern Europe and North-West Africa, Nutanix. « En utilisant un environnement multi clouds, qu’il soit public, privé ou sur le edge, les entreprises peuvent simplement migrer leur infrastructure IT là où elle est le plus nécessaire. Mais, comme cette étude le souligne, cette flexibilité n’est possible qu’avec des assemblages de technologies, des opérations et des outils multi clouds cohérents, créant ainsi un environnement cloud hybride idéal. »

Le rapport d’étude sur le Cloud Hybride présenté souligne les tendances suivantes

  • Le cloud public seul n’est pas toujours la réponse

Aujourd’hui, bien qu’il soit idéal pour certaines applications et charges de travail, il ne l’est pas pour d’autres. Selon l’étude, la majorité des sondés s’inquiètent de la bonne exécution des applications critiques sur le cloud public, en particulier en ce qui concerne la fiabilité (75%), la portabilité (73%) et le coût (72%). Par ailleurs, certaines organisations sont dans l’impossibilité de déplacer leurs applications critiques en raison de leur complexité et du coût. Ainsi, la nécessité de restructurer ou de remodeler les applications (75%) et la complexité de la migration (71%) sont les principales préoccupations qui empêchent la portabilité des applications pour les décideurs interrogés dans l’étude.

  • L’hybride creuse les écarts de compétences IT

Alors que les entreprises font face à des pénuries de profils informatiques qualifiés, les difficultés augmentent encore quand elles recherchent des talents capables de gérer à la fois une infrastructure cloud publique et privée. Aujourd’hui, les deux environnements nécessitent des compétences différentes. Selon l’étude, la plupart des décideurs sondés (88%) ont du mal à s’assurer que leurs profils informatiques disposent des compétences nécessaires pour gérer une infrastructure informatique hybride, et plus de la moitié (53%) y voient une préoccupation majeure.

  • Le manque de compétences crée des silos et des insuffisances

Au vu des différentes compétences requises pour gérer des infrastructures cloud publiques et privées, les entreprises doivent souvent s’appuyer sur des équipes différentes, créant ainsi des silos de compétences. Cette organisation est ainsi appliquée aujourd’hui par 95% des sondés et c’est un constat préoccupant à l’heure où celles-ci cherchent à optimiser leurs ressources. Près de la moitié des répondants ont indiqué que l’étalement des ressources (49%), l’augmentation des coûts (45%) et/ou le gaspillage de ressources (43%) étaient leurs principales préoccupations.

  • La portabilité est une nécessité aussi bien pour les applications que pour les licences

Pour la plupart des entreprises (88%), les licences logicielles sont l’élément clé d’une infrastructure IT hybride. Toutefois, beaucoup ont rencontré des difficultés en matière de portabilité de ces licences (58%) ou de verrouillage avec des fournisseurs (58%) lors du passage au cloud public. Par ailleurs, près des deux tiers (65%) sont prêts à envisager des licences par abonnement pour leur infrastructure IT.

Méthodologie

L’étude a été réalisée par le cabinet Vanson Bourne pour Nutanix, analyse les défis majeurs auxquels sont confrontées les entreprises lors de la gestion de leurs infrastructures de cloud public et privé. Le cabinet a ainsi interrogé 650 décideurs informatiques de différents secteurs, tailles et zones géographiques (Amériques, Europe, Moyen-Orient, Afrique [EMEA] et régions Asie-Pacifique et Japon [APJ].

Share: