Le futur du datacenter réside dans la consolidation

Par Matthias Reidans, chef de projet senior Services chez Rosenberger OSI

Déplacer tout vers le cloud et fermer vos propres serveurs ? Pendant longtemps, cela a été considéré comme un signe de progrès et de viabilité. En réalité, il peut y avoir de bonnes raisons de garder le contrôle de vos propres donnés d’entreprise – et éventuellement de les ramener du cloud en tout ou en partie quel que soit le modèle que vous choisirez à l’avenir : l’infrastructure des datacenters et des réseaux doit être adaptée aux besoins. La sécurité est ici plus importante que les coûts.

Pendant longtemps, l’Allemagne a été considérée comme un pays réfractaire au cloud, voire a pris un certain retard par rapport aux États-Unis et aux pays asiatiques, où le cloud computing a rapidement trouvé de nombreux adeptes. Entre-temps, la situation a changé. Selon “Cloud Monitor” de Bitkom et KPMG, les trois quarts des entreprises utilisent déjà le cloud. En outre, il devient de plus en plus un élément important du paysage informatique.

Il y a deux ans, la société d’études de marché Gartner a fait une autre prévision étonnante : d’ici 2025, 80% des entreprises fermeront leurs propres datacenters. À première vue, cela semblait confirmer la tendance vers le cloud.
Des stratégies de cloudification différenciées

Mais d’autres études montraient une tendance inverse : dans le Nutanix Enterprise Cloud Index 2019, par exemple, 73% des personnes interrogées ont déclaré qu’elles ramenaient les données et les applications du cloud vers leurs propres datacenters. La direction que prend réellement cette tendance a été précisée dans l’étude de Nutanix l’année suivante : ici, 86% considèrent un environnement cloud hybride comme le modèle idéal pour l’informatique de leur entreprise. Les datacenters, qui n’ont pas été conçus pour une utilisation cloud, ont donc été fermés.

Au lieu de cela, des infrastructures hyperconvergées (HCI) sont apparues dans les entreprises, qui sont capables d’utiliser des services de cloud internes et externes – c’est-à-dire des clouds privés et publics, mais aussi des colocations, c’est-à-dire des datacenters externalisés – en fonctionnement hybride. En outre, un modèle mixte de cloud privé, de cloud public et de datacenter traditionnel est également particulièrement courant parmi ces entreprises.

L’étude de Gartner montre également que l’abandon du datacenter classique ne signifie pas automatiquement une dépendance totale à l’égard des fournisseurs de cloud. Les experts du marché en arrivent plutôt à la conclusion qu’à l’avenir, c’est moins la technologie que le modèle commercial qui décidera du lieu des données et des applications. Outre le cloud et le datacenter (central), cette analyse mentionne également l’edge computing comme une option pertinente.

Dans le cloud ou pas ?

Alors que la phase initiale de l’utilisation du cloud était souvent motivée par l’idée que le cloud allait initialement agrandir le datacenter existant, voire le remplacer complètement dans un avenir plus ou moins proche, il est désormais largement admis qu’une coopération entre le datacenter local, les colocations et les services cloud sera encore nécessaire pendant un certain temps. Cependant, la plupart des datacenters appartenant à l’entreprise doivent d’abord être adaptés à cette tâche.

Souvent, de tels projets se transforment rapidement en une tâche gigantesque. La décision stratégique sur le modèle d’exploitation nécessite à elle seule un travail de planification et de conception préliminaire important. En fonction de la pondération des trois options de base – sur site (y compris le cloud privé), colocation ou cloud public – la procédure se présente de manière très différente.

Et quand sera le tour de l’Europe ?

Ce n’est un secret pour personne que l’attente de solutions, de normes et de fournisseurs européens dans ce marché informatique mondialisé demande encore beaucoup de patience et encore plus d’initiative. Le GAIA-X n’est pour l’instant qu’une promesse ambitieuse, tandis que les transformations dans des environnements compatibles avec le cloud et les projets de consolidation sont en cours depuis longtemps.

Par exemple, dans sa dernière étude HCI de décembre 2020, Gartner cite 10 fournisseurs : 6 américains, 2 chinois/région APAC, 1 du Royaume-Uni et encore 1 d’Allemagne. L’Europe est durablement en marche, y compris dans les technologies de pointe comme l’internet quantique, qui changera fondamentalement le monde des datacenters à long terme, tout comme les structures de services cloud entraîneront des consolidations à moyen terme.

Quelles applications gèrent avec succès les opérations mixtes ?

Trois considérations sont au cœur de cette décision : quelles applications doivent être externalisées vers des clouds publics, lesquelles doivent être conservées dans l’informatique existante de l’entreprise sur site ou dans un cloud privé, et lesquelles doivent être externalisées vers une colocation ? Les objectifs seront-ils atteints en renouvelant l’informatique existante ou plutôt en consolidant les différents sites ? Et quelles architectures et normes de sécurité mon futur système informatique devra-t-il suivre et être capable de répondre à un environnement équilibré ?

Le fait que ces trois options interagissent de manière optimale pour le placement des systèmes n’est pas seulement la base d’un fonctionnement sans problème au quotidien, mais aussi de la flexibilité nécessaire pour rééquilibrer la pondération entre ‘sur site’, colocation et cloud en fonction de l’évolution des besoins. Cet objectif peut être atteint, par exemple, au moyen de systèmes hyperconvergents. Ici, les ressources de calcul, de stockage, de réseau et de virtualisation sont combinées en une unité définie par logiciel et gérées comme une seule application. Ainsi, les infrastructures complexes sont centralisées et simplifiées, les optimisations ne sont pas seulement appliquées de manière sélective, mais à l’échelle du système, c’est-à-dire que l’efficacité et les performances de toute l’infrastructure informatique sont améliorées.

Mais des tendances telles que l’informatique sans serveur génèrent également des effets significatifs dans l’alignement des considérations stratégiques pour mon informatique à l’épreuve du temps et mes décisions de localisation informatique optimale pour un projet de consolidation cohérent et bien pensé.

Portée du projet souvent sous-estimée

En outre, chaque modification de l’infrastructure – que ce soit parce que le datacenter est fermé, redimensionné ou simplement déplacé – est une raison de mettre en œuvre des exigences nouvelles et actualisées.

Il s’agit par exemple de rendre les structures fondamentalement conformes à la DSGVO, de soutenir le recours accru au télétravail pendant la pandémie, de fournir des technologies telles que l’intelligence artificielle (AI/A/), l’apprentissage automatique (ML) ou l’automatisation robotique des processus (RPA), ou encore d’améliorer la sécurité informatique et les stocks de données. Ce dernier point s’étend aux spécifications pour les infrastructures critiques (KRITIS), dont le spectre a été récemment élargi une fois de plus, y compris les normes de sécurité spécifiques à l’industrie (B3S) et les normes correspondantes telles que l’ISO 27799.


La réussite du projet est alors déterminée, par exemple, par les réponses aux questions suivantes :

  • La stratégie du cloud est-elle réussie ?
  • Objectifs de réduction des coûts mis en œuvre ?
  • Sites consolidés ?
  • Sécurité améliorée ?
  • Soutien à la digitalisation des modèles d’entreprise ?
  • Intégration d’une application d’intelligence artificielle ?
  • Viabilité future atteinte ?


Besoin de soutien externe

La relocalisation de certaines parties de l’informatique de l’entreprise vers une colocation ou vers le cloud semblait attrayante pour de nombreux chefs d’entreprise, car le développement des structures internes correspondantes nécessite beaucoup plus de compétences. Entre-temps, il est toutefois apparu que l’externalisation est associée à des limitations en termes de méthodes et de technologies, qui, en fin de compte, empêchent même la poursuite du développement du modèle d’entreprise.

Comme alternative au développement coûteux de l’expertise interne, il est donc conseillé de collaborer avec un partenaire externe qui, d’une part, apporte les compétences requises et, d’autre part, adapte le concept aux compétences disponibles au sein de l’entreprise.

L’équipe de consultants Rosenberger OSI, par exemple, travaille selon ce principe. En tant que spécialiste des technologies de réseau, l’entreprise ne se contente pas d’offrir un conseil informatique classique, comme le pratiquent déjà de nombreuses entreprises informatiques, mais peut également faire preuve d’une expertise approfondie dans le développement et la production de solutions système ainsi que d’une grande expérience pratique dans l’exploitation de datacenters.

En effet, Rosenberger OSI réunit dans son équipe toutes les compétences décisives, telles que la technologie de connexion basée sur la fibre optique, les solutions de câblage et les services d’infrastructure des datacenters. Des conseils sur l’atténuation et la gestion des risques, des services “physiques” tels que l’étalonnage des connexions de réseaux optiques, l’amélioration des performances et de l’efficacité basée sur l’infrastructure de réseau, et des concepts de serveurs peu encombrants utilisant des racks ETSI font partie des offres qui résultent de cette combinaison de connaissances spécialisées et de pertinence pratique.

Conclusion

Après une phase de scepticisme puis d’euphorie à l’égard du cloud, une vision différenciée de cette technologie est en train de s’installer. De nombreuses entreprises arrivent à la conclusion – pour diverses raisons – que le développement de leur activité est mieux servi par un rééquilibrage des options entre sur site, colocation et cloud. Les hyperscalers, qui propagent principalement l’utilisation du cloud pour leurs propres intérêts, offrent peu de soutien à cet égard ; le développement de leurs propres compétences est coûteux et ne peut remplacer le manque d’expérience pratique à court terme. C’est là qu’un partenaire externe comme Rosenberger OSI peut offrir un soutien précieux, avec un mélange idéal d’expertise et de compétences pratiques.

Share:

Author: Yves Grandmontagne

Rédacteur en chef de Datacenter Magazine - Co-fondateur de Human, Business & Technology SCOP SAS (éditeur de DCmag) - Journaliste, conférencier et analyste