Le méga projet portugais Sines, plus gros datacenter européen, va entrer en production

Nous l’avions évoqué en mai 2021, le projet Sines 4.0, le plus grand datacenter d’Europe – situé à environ 150 kilomètres au sud de Lisbonne, sur le lieu d’atterrissage du câble sous-marin EllaLink en provenance du Brésil, un campus avec une réserve de 450 MW pour un budget de 3,5 milliards d’euros – est désormais entré en phase de production. La due diligence du site a été réalisée par le français Cap DC.

Ce projet soulève l’enthousiasme de tout un pays, le Portugal, avec l’approbation unanime du Gouvernement, et la presse locale est dithyrambique, jusqu’à la confusion entre l’atterrissage du câble sous-marin EllaLink et un hub de classe mondiale. Peu importe, nous sommes face à un projet gigantesque, et pour une fois peu de voix s’élèvent contre lui.

Les ambitions autour l’EllaLink

La centrale thermique actuellement sur le site Sines

Porté par Sines TECH – Innovation & Data Center Hub, le projet de datacenter naît de l’opportunité créée par l’installation du câble sous-marin EllaLink, avec sa station d’atterrissage au ZILS, la Zona Industrial e Logística de Sines, un site de 240 000 m² géré par Aicep Global Parques.

Le câble transatlantique a une longueur de 10 119 kilomètres. Il relie Fortaleza (Brésil) à Sines (Portugal), en passant par les archipels du Cap-Vert et de Madère. Il offre une capacité de transmission de données de 72 térabits par seconde, avec une faible latence.

Située à l’extrême sud-ouest de la péninsule ibérique, Sines est une porte d’entrée vers les marchés européens et sud-américains. Il offre la route la plus courte vers l’Amérique latine et l’Afrique du Nord. Et plusieurs solutions de connexion fibre redondante sont disponibles vers Lisbonne et Madrid, et donc l’Europe.

On notera que la partie énergétique du projet repose sur des lignes d’alimentation de 15kV à 400kV garanties. Ainsi que sur des projets alternatifs installés dans les domaines des biocarburants et de l’énergie éolienne, avec deux unités de production d’énergie solaire en cours de développement, d’une puissance de 50 MW chacune.

La due diligence du site signée Cap DC

Le français Cap DC, via sa filiale portugaise, a réalisé en 2021 la due diligence du site de Aicep Global Parques. Nous avons interrogé son président, Olivier Labbé, sur les résultats de sa prestation pour le projet Sines. « Il ressort de notre étude que le site est un site industriel à côté d’un grand port, ce qui offre de l’espace disponible, à un bon prix et sans trop de contraintes de construction« .

  • Le raccordement électrique classique est assuré (500 MW) et il y a le potentiel pour développer une forte production d’énergie renouvelable (PV et refroidissement par Sea Cooling).
  • Il n’y pas de risques naturels.
  • Le Gouvernement portugais (y compris le Ministère de l’Ecologie) soutient l’émergence de ce hub.
  • Et bien sûr le raccordement à Ellalink et Medusa.

Et Olivier Labbé de conclure que « ce hub a une carte à jouer sur l’entrée sud-ouest de l’Europe pour prendre une part significative du gâteau ».

Author: Yves Grandmontagne

Rédacteur en chef de Datacenter Magazine - Co-fondateur de Human, Business & Technology SCOP SAS (éditeur de DCmag) - Journaliste, conférencier et analyste

1 thought on “Le méga projet portugais Sines, plus gros datacenter européen, va entrer en production

Comments are closed.