Le Projet Woolhaw n’avance plus masqué, c’est Facebook qui construit un datacenter hyperscale au Tennessee

Notre commentaire : Facebook investit dans l’hyperscale. C’est la seconde annonce depuis le début de l’année, Gallatin, dans le Tennessee, aujourd’hui, et New Albany, dans l’Ohio, en février. Après deux sites en 2019, Los Lunas, au Nouveau-Mexique, et Papillon, au Nebraska. Et avant quatre lancement attendus, Henrico, en Virginie, Comté de Newton, en Géorgie, Eagle Mountain, en Utah, et Huntsville, en Alabama. et cel nonobstant les services de colocation, en particulier en Europe où Facebook ne dispose à ce jour que de 3 datacenters hyperscales en propre : en Irlande, en Suède et au Danemark.

C’est un secret de polichinelle que vient de dévoiler le Gallatin News, le journal local de la petite ville de Gallatin, située en banlieue de Nashville, dans le Tennessee. Le “projet Woolhaw”, du nom de la société qui a acquis un gigantesque terrain d’un peu plus 3 millions de m² (809 acres) dans le but de créer un campus de datacenters, est en réalité un projet de Facebook.

C’est en effet sous le nom de Woolhawk LLC que le géant des réseaux sociaux a investi 20 millions de dollars dans ce terrain. Et devrait bénéficier d’allègements fiscaux accordés par la communauté urbaine de Gallatin d’une valeur de 19,5 millions de dollars…

Dans un premier temps, Facebook devrait construire un datacenter hyperscale d’environ 90 000 m². Soit un investissement de 800 millions de dollars. Facebook a également déclaré la signature de contrats de nouvelle production d’énergie solaire au Tennessee pour 220 MW.

Share:

Author: Yves Grandmontagne

Rédacteur en chef de Datacenter Magazine - Co-fondateur de Human, Business & Technology SCOP SAS (éditeur de DCmag) - Journaliste, conférencier et analyste