Le rôle en évolution du gestionnaire de datacenter

La rapide émergence du cloud se traduit par l’hybridation des infrastructures IT, faisant évoluer la mission du gestionnaire de datacenter qui demeure le maillon stable de l’informatique des organisations.

Pour répondre à la transformation rapide vers les entreprises numériques, la grande majorité d’entre elles, plus de 90%, s’appuieront sur des environnements de cloud hybride pour répondre à leurs besoins d’infrastructures.

Cette adoption se veut agile et évolutive pour les organisations, avec de nouvelles règles, dont le modèle ‘always-on’ du 24/7. Elle répond également à des objectifs de sécurité et de continuité d’activité. Ce qui n’est pas sans contrepartie, en particulier l’augmentation de la complexité des infrastructures et de leur gestion.

Le gestionnaire de datacenter et la transformation numérique

Le gestionnaire de datacenter est au cœur de cette transformation. Il joue un rôle essentiel, à la condition que ses équipes et son budget soient suffisamment dimensionnés, en assurant le bon fonctionnement des sites, qui doivent fonctionner en continu et en protégeant les actifs de données.

Cette responsabilité passe par le contrôle des coûts, tout en respectant les besoins des métiers. Mission délicate, le cloud est un espace ouvert où il est facile de se déployer sans respecter les pratiques et les budgets, selon une dérive cumulative généralement mal maîtrisée.

Le rôle du gestionnaire en mutation

Même en prenant en compte tous les coûts de gestion de l’infrastructure informatique et de stockage, l’installation des applications et les frais de licence logicielle, ainsi que la refactorisation et la migration, le coût des workloads et de leur migration reste nettement inférieur, de l’ordre de 44%, à celui du cloud public natif.

C’est une chance pour le gestionnaire de datacenter, car plus que la migration, c’est la connexion et le pilotage des infrastructures et des clouds qui deviennent la clé de l’optimisation de l’infrastructure. Or, si en devenant le modèle de facto, l’infrastructure hybride s’inscrit dans une mouvance continue, le datacenter reste le maillon le plus solide et stable.

Donc, même si les organisations migrent vers des environnements cloud hybride en constante évolution, le datacenter et son gestionnaire demeurent les garants de l’exploitation, de l’optimisation, de la sécurité et du coût maîtrisé des infrastructures et de la donnée.

Author: Yves Grandmontagne

Rédacteur en chef de Datacenter Magazine - Co-fondateur de Human, Business & Technology SCOP SAS (éditeur de DCmag) - Journaliste, conférencier et analyste