L’efficacité énergétique est la clé de la durabilité des datacenters en Afrique

L’accès à des sources d’électricité abordables, fiables et respectueuses de l’environnement est un problème urgent pour le nombre croissant d’opérateurs de datacenters à travers l’Afrique.

L’Afrique connaît l’une des croissances d’accès à Internet les plus rapides au monde, en grande partie en raison de sa population jeune. Mais les installations doivent assurer une haute disponibilité d’électricité pour atténuer les temps d’arrêt, et de nombreux pays africains sont confrontés à de fréquentes pannes d’électricité.

Les datacenters existants se sont appuyés sur des générateurs diesel pour maintenir leurs opérations pendant les pannes de courant, une pratique qui pourrait exacerber les émissions de carbone à l’avenir. En effet, le déploiement d’une capacité de datacenter à grande échelle devrait augmenter les émissions à cause d’une utilisation accrue des générateurs diesel.

Funke Opeke, PDG de MainOne

Dans un rapport d’orientation récemment publié par Oxford Business Group intitulé « Data Centers en Afrique », le PDG de MainOne, Funke Opeke, a estimé que les réseaux de distribution d’électricité sont confrontés à des pénuries fréquentes, mais qu’il existe un approvisionnement adéquat en électricité dans les réseaux nationaux de la région. « En plaçant stratégiquement nos datacenters à proximité des sources d’énergie et en nous associant à des sociétés de distribution d’électricité locales pour établir des connexions directes au réseau national, nous assurons une disponibilité élevée de l’énergie et réduisons l’utilisation de la production d’électricité au diesel dans nos installations ».

MainOne a augmenté la capacité de ses datacenters, et ils ont atteint 5 MW sur les marchés clés du Nigeria, du Ghana et de la Côte d’Ivoire, avec des services fournis à un total de 10 pays à travers l’Afrique de l’Ouest. Sa filiale de datacenter, MDXi, gère des installations écoénergétiques en optimisant le flux d’air, en utilisant des capteurs et l’intelligence artificielle pour gérer les opérations, et en installant du matériel écoénergétique. Ensemble, ces actions contribuent grandement à réduire l’empreinte carbone et à améliorer l’efficacité énergétique pour la durabilité de ses datacenters.

Après le lancement de son datacenter de niveau III à Appolonia City à Accra, au Ghana, plus tôt dans l’année, MDXi a commencé l’expansion de son datacenter de Lekki à Lagos, au Nigeria, dans le but d’augmenter son installation de 600 racks à plus de 1200 racks d’ici 2023. D’autres investissements ont également été consacrés à l’expansion de son datacenter en Côte d’Ivoire.

L’Afrique connaît l’une des croissances d’accès à Internet les plus rapides au monde, en grande partie en raison de sa population jeune. Ainsi, la consommation de données continuera de croître dans l’avenir. Cela alimentera de nouveaux investissements dans les câbles sous-marins et les datacenters pour rapprocher les données aux consommateurs. Cependant, sans stratégies énergétiques durables, l’industrie va continuer à contribuer au réchauffement climatique dans une région qui est la moins préparé au niveau de la gestion des conséquences.

Share:

Author: Yves Grandmontagne

Rédacteur en chef de Datacenter Magazine - Co-fondateur de Human, Business & Technology SCOP SAS (éditeur de DCmag) - Journaliste, conférencier et analyste