Les exigences croissantes des datacenters nécessitent une plateforme de fibre plus résistante

La connectivité des centres de données doit évoluer avec les usages et les besoins des entreprises. Les datacenters entrent peu à peu dans l’ère octale, ce qui impose de repenser leur plateforme fibre.

Nicolas Vincent, Sales Director France Infra & Networking chez CommScope

L’environnement des datacenters est en constante évolution, mais certains changements sont plus profonds que d’autres, et leurs effets à long terme plus perturbateurs. Ainsi, les datacenters ne sont pas les seuls à être affectés par ces changements fondamentaux. Tous les acteurs de l’écosystème doivent s’adapter, qu’il s’agisse des concepteurs, des intégrateurs, des installateurs, des équipementiers ou des partenaires d’infrastructure.

Nous assistons à la prochaine grande migration en matière de vitesse, les plus grands opérateurs passant désormais aux applications 400G et planifiant déjà le saut vers le 800G. En quoi ce dernier saut est-il important ? Tout d’abord, le passage au 400G puis au 800G et enfin au 1,6T et au 3,2T marque officiellement le début de l’ère octale, ce qui entraîne des changements fondamentaux qui affecteront tout le monde.

Des changements dans l’infrastructure des datacenters

L’augmentation de la consommation mondiale de données et les applications gourmandes en ressources comme le big data, l’IoT, l’IA et l’apprentissage automatique entraînent un besoin de plus de capacité et de réduction de la latence au sein des datacenters. Au niveau des commutateurs, des ASIC (Application-Specific Integrated Circuit) plus rapides et de plus grande capacité rendent cela possible. Le défi pour les gestionnaires de datacenter est de savoir comment approvisionner davantage de ports à des débits de données plus élevés et à un nombre de voies optiques plus important. Cela nécessite, entre autres, une mise à l’échelle réfléchie avec des options de déploiement plus flexibles. Bien entendu, tout cela se produit dans le contexte d’une nouvelle réalité qui oblige les datacenters à accomplir davantage avec moins.

Si les gestionnaires de réseau des datacenters sont responsables en dernier ressort de l’adéquation de leur infrastructure, leurs partenaires ont tous un rôle important à jouer. La valeur de l’infrastructure de la couche physique dépend en grande partie de sa facilité de déploiement, de reconfiguration, de gestion et d’extension.

Identifier les critères d’une plateforme fibre flexible et Agile

Les clients des datacenters et leurs partenaires conçoivent la plateforme fibre de prochaine génération de manière similaire :

  1. Le besoin de modules basés sur les applications

  2. Flexibilité dans la distribution d’une capacité de commutation accrue

  3. Déploiement et gestion du changement plus rapides et plus simples

Des blocs de construction basés sur les applications

En règle générale, la prise en charge des applications est limitée par le nombre maximal de ports d’E/S à l’avant du commutateur. Pour un commutateur 1RU, la capacité est actuellement limitée à 32 ports QSFP/QSFP-DD/OSFP. La clé pour maximiser l’efficacité des ports réside dans votre capacité à utiliser au mieux la capacité du commutateur.

Les conceptions quadruples traditionnelles à quatre voies ont permis une migration régulière vers le 50G, le 100G et le 200G. Mais à partir de 400G, les configurations à 12 et 24 fibres qui permettent les applications quadruples deviennent moins efficaces, laissant une capacité importante au niveau du port du commutateur. C’est là que la technologie octale entre en jeu.

À partir de 400G, la technologie octale à huit voies et les ruptures MPO à 16 fibres deviennent le bloc de construction multi-paires le plus efficace pour les applications trunk. Le passage de déploiements basés sur des quadripôles à des configurations octales double le nombre de ruptures, ce qui permet aux gestionnaires de réseau d’éliminer certaines couches de commutation. En outre, les applications actuelles sont conçues pour un câblage à 16 fibres. Ainsi, la prise en charge des applications 400G et plus avec la technologie 16 fibres permet aux datacenters de maximiser la capacité des commutateurs. Cette conception 16f – y compris les émetteurs-récepteurs correspondants, les câbles trunk/array et les modules de distribution – devient l’élément de base commun permettant aux datacenters de passer du 400G au 800G, au 1,6T et au-delà.

Cependant, tous les datacenters ne sont pas prêts à abandonner leurs anciens déploiements de 12 et 24 fibres. Ils doivent également être en mesure de pouvoir gérer les applications sans gaspiller de fibres ni perdre de ports. C’est pourquoi des blocs de construction pour les configurations 8f, 12f et 24f sont également nécessaires.

Flexibilité de la conception

Une autre exigence clé est une conception plus flexible pour permettre aux gestionnaires de datacenters et à leurs partenaires de conception de redistribuer rapidement la capacité des fibres au niveau du panneau de raccordement et d’adapter leurs réseaux pour permettre les changements dans l’allocation des ressources. L’un des moyens d’y parvenir est de développer une modularité intégrée dans les composants du panneau qui permet d’aligner les architectures de conception du point de livraison et du réseau.

Dans une plateforme fibre traditionnelle, les composants tels que les modules, les cassettes et les adaptateurs sont spécifiques au panneau. Par conséquent, le changement de composants ayant des configurations différentes implique également le remplacement du panneau. L’impact le plus évident de cette limitation est le temps et le coût supplémentaires pour déployer à la fois de nouveaux composants et de nouveaux panneaux. Dans le même temps, les clients des datacenters doivent également faire face à des coûts supplémentaires de commande et d’inventaire des produits.

En revanche, une conception dans laquelle tous les composants des panneaux sont essentiellement interchangeables et conçus pour s’adapter à un panneau unique et commun permettrait aux concepteurs et aux installateurs de reconfigurer et de déployer rapidement la capacité de fibre optique en un minimum de temps et au moindre coût. De même, cela permettrait aux clients des datacenters de rationaliser leur inventaire d’infrastructures et les coûts associés.

Simplifier et accélérer le déploiement et la gestion de la fibre optique

Le dernier critère clé défini est la nécessité de simplifier et d’accélérer les tâches de routine liées au déploiement, à la mise à niveau et à la gestion de l’infrastructure fibre. Bien que les conceptions de panneaux et de lames aient offert des avancées progressives en termes de fonctionnalité et de conception au fil des ans, des améliorations significatives sont encore possibles.

En outre, la question de la gestion de la polarité mérite également d’être mentionnée. Les déploiements de fibres optiques devenant plus complexes, il est plus difficile de s’assurer que les chemins de transmission et de réception restent alignés tout au long de la liaison. Dans le pire des cas, le respect de la polarité oblige les installateurs à inverser les modules ou les assemblages de câbles. Les erreurs peuvent ne pas être identifiées avant le déploiement de la liaison et la résolution du problème prend du temps.

Collaborer pour se connecter aujourd’hui et demain

Les datacenters évoluent rapidement, à mesure que la vitesse des données et la complexité des infrastructures augmentent. C’est particulièrement vrai dans les environnements hyperscale, où les vitesses des voies s’accélèrent pour atteindre 400G, 800G et au-delà et où le nombre de fibres dans toutes les couches du réseau se multiplie.

Il est donc important que les gestionnaires de réseau, les concepteurs, les professionnels de l’intégration et les installateurs continuent de collaborer étroitement pour aider les opérateurs de datacenters à maximiser leurs investissements dans les infrastructures existantes tout en se préparant aux applications futures.

Share: