Mainframe : IBM ne reprendra pas les services de T-Systems

En janvier dernier, un accord avait été passé entre IBM et T-Systems, la filiale de Deutsche Telekom devant céder ses activités de services dans le mainframe au géant américain.

Big Blue a engagé 860 millions d’euros dans l’opération, et s’est engagé à reprendre les 400 employés de la division intégration de T-Systems. Une simple opération commerciale, selon ce dernier, qui a indiqué qu’IBM ne fournirait qu’une “part des services”.

Mais le régulateur allemand de la concurrence, le Bundeskartellamt, ne l’entend pas ainsi, et a retardé l’accord définitif, qu’il assimile à une acquisition. L’office allemand des cartels a mis en garde contre la position dominante d’IBM si le rapprochement se poursuivait.

Selon notre évaluation préliminaire, IBM occupe une position dominante dans l’Espace économique européen, ce qui aurait été renforcé par l’acquisition de personnel et d’infrastructures essentielles auprès de son concurrent T-Systems“, a déclaré le président du Bundeskartellamt, Andreas Mundt.

Dans l’état, l’opération ne se fera pas ! Le Bundeskartellamt vient en effet de déclarer qu’IBM a “retiré sa notification concernant des projets d’acquisition de logiciels et de logiciels essentiels, ainsi que du personnel de l’entreprise de services mainframe de T-Systems International“.

Malgré la tendance croissante à l’envoi de données vers le cloud, les services mainframe continuent de représenter un énorme marché. Par contre, c’est une mauvaise nouvelle pour T-Systems, qui cherche à réduire la voilure et comptait sur cette opération pour participer à la réduction de ses effectifs à 37 000 employés, soit la suppression de 10 000 postes actée pour 2019…