Marseille domine les interconnexions sur l’Europe du Sud

DE-CIX a publié son nouveau rapport sur les interconnexions sur l’Europe du Sud. Le rapport considère la Bulgarie, l’Espagne, la Grèce, l’Italie et le sud de la France (Marseille).

De 2016 à 2020, la bande passante sur l’Europe du Sud a progressé annuellement d’environ 30%, pour dépasser les 150 Tbps. Au cours des cinq dernières années, la capacité de connexion a été multipliée par 2,75. Si la part de la connectivité avec l’Europe de l’Ouest a baissé, passant de 60% à 50%, c’est au profit de la connectivité inter-régionale qui a progressé de 16% à 20%, ainsi que de la connectivité vers l’Afrique, le Moyen-Orient et le sous-continent indien.

Pour l’Afrique – qui représente 6,7 Tbps, en progression de 14% – 80% de la bande passante de l’Afrique du Nord passe par l’Europe du Sud, et près d’un quart de celle qui concerne l’Afrique Sub-saharienne. Il en est de même pour plus d’un tiers de la bande passante du Moyen-Orient, qui à 15 Tbps est en progression de 10%. L’Asie du Sud, principalement l’Inde, ne représente que 5% de la capacité Internet de l’Europe du Sud, mais elle s’inscrit en forte hausse.

Marseille, premier hub d’Europe du Sud

Avec une bande passante de près de 29 Tbps, Marseille est de loin le premier hub d’Europe du Sud.

Marseille fait désormais jeu égal avec les grands hubs de peering européens, les FLAP – Francfort, Londres, Amsterdam et Paris – auxquels on ajoute Stockholm. On notera que Sofia progresse fortement, de 46% en rythme annuel, placée sur les routes avec l’Asie et le Moyen-Orient, principalement la Turquie, la Géorgie, l’Azerbaïdjan et l’Iraq.

Les datacenters, relais des interconnexions

DE-CIX a identifié 56 datacenters neutres en Europe du Sud, en progression de 20%. A comparer aux 270 datacenters identifiés sur les marchés FLAP, en progression de 16%.

  • Interxion s’étend sur Marseille ;
  • et sur Athènes après l’acquisition en 2020 de Lamda Hellix ;
  • Equinix a acquis l’espagnol Itconix (Barcelone, Madrid, Séville et Lisbonne) en 2017 ;
  • Madrid est très active, avec la présence d’Equinix depuis 2017, l’ouverture du campus de DATA4 à 5MW extensible à 20MW, l’ambition d’Interxion avec un quatrième site, le rachat des 11 datacenters de Telefonica par l’investisseur Asterion renommés Nabiax, et l’ouverture prochaine du premier datacenter de NTT Global Data Center qui marque les ambitions de ce dernier.
  • Milan reste actif, avec l’extension d’Equinix avec ML5, la présence encore réduite de DATA4, et surtout l’ambitieux projet de campus massif sur quatre sites de Vantage Data Center.
  • Sofia, stratégique pour les interconnexions avec le Moyen-Orient, a vu Equinix doubler la mise en 2019, ainsi que Telepoint en 2018.

Les datacenters, relais des clouds publics

Le rapport de DE-CIX peut être téléchargé ici.

Share:

Author: Yves Grandmontagne

Rédacteur en chef de Datacenter Magazine - Co-fondateur de Human, Business & Technology SCOP SAS (éditeur de DCmag) - Journaliste, conférencier et analyste