Microsoft Azure et ses 4 millions de serveurs : objectif 100% énergie zéro carbone en 2030

Il est temps, Microsoft est le dernier géant du cloud à s’engager vers le zéro carbone. Devancé depuis quelques semaines seulement seulement par Amazon et Google, le cloud Azure sera lui aussi alimenter par des ressources énergétiques zéro carbone à l’orée de 2030.

Microsoft a présenté sa ‘vision’ dans un article de blog signé du directeur de l’environnement Lucas Joppa et de la CVP pour Cloud Operations + Innovation, Noelle Walsh : « D’ici 2030, Microsoft aura 100 % de notre consommation d’électricité, 100 % du temps, compensée par des achats d’énergie zéro carbone ».

Pour cela, l’éditeur a indiqué qu’il travaillera avec les services publics et les partenaires de l’industrie pour « jeter les bases d’un réseau décarboné ». Avec l’Europe en chef de file, Microsoft ayant annoncé à l’automne dernier un programme local utilisant la correspondance 24h/24 et 7j/7 de Vattenfall pour son campus suédois. La société ajoutera un nouveau pilote aux Pays-Bas, avec le fournisseur d’énergie Eneco et FlexiDAO, afin de couvrir la correspondance de la consommation d’énergie horaire de son datacenter d’Amsterdam avec le parc éolien offshore néerlandais Borssele.

L’éditeur s’est également associé à REsurety pour créer un outil LME (émissions marginales de localisation) sur Azure, qui devrait permettre permet une “comparaison spatiale” de sa consommation d’énergie, avec le calcul de l’impact de la décarbonisation de son approvisionnement en énergie renouvelable. Un projet pilote devrait être lancé ERCOT, Electric Reliability Council of Texas.

Enfin, Microsoft a présenté des plans pour déployer des « centres circulaires » pour stimuler le recyclage et la réutilisation des composants informatiques et créer des campus de datacenters zéro déchet.

Microsoft a signé de plus de 35 accords individuels dans le monde – dont plus de 15 en Europe couvrant le Danemark, la Suède, l’Espagne, le Royaume-Uni et l’Irlande – pour des projets d’énergie renouvelable en exploitation et sous contrat de 7,8 gigawatts.

Share: