Microsoft pourrait construire 50 à 100 nouveaux datacenters chaque année

Microsoft décrit le cloud comme “un réseau interconnecté à l’échelle mondiale de millions d’ordinateurs dans des datacenters du monde entier qui travaillent ensemble pour stocker et gérer des données, exécuter des applications et fournir du contenu et des services“.

Cette vision s’accompagne de plus de 200 datacenters exploités sur 34 pays à travers le monde, avec plus de 4 millions de serveurs, mis en réseau via plus de 165 000 miles de fibre optique sous-marine, terrestre et métropolitaine. Et ce nombre ne cesse de croître au rythme de l’explosion du volume des données et des usages du cloud.

Noelle Walsh, vice-présidente de Microsoft qui pilote la construction et l’exploitation de l’infrastructure cloud de l’éditeur, Microsoft devrait ajouter des datacenters dans au moins 10 pays supplémentaires cette année. Et dans “un avenir prévisible“, Microsoft serait sur le point de construire entre 50 et 100 nouveaux datacenters chaque année.

Les équipes de recherche et d’ingénierie de Microsoft ont les yeux rivés sur le datacenter du futur

Actuellement – nonobstant les expériences comme le datacenter sous-marin et le datacenter en immersion – les datacenters de Microsoft sont de conception classique. Ils se fondent dans l’environnement industriel afin de ne pas se faire repérer. L’engagement le plus fort est d’alimenter tous ses datacenters et opérations avec l’équivalent de sources d’énergie 100% renouvelables d’ici 2025. Pas de panneaux solaires ni d’éoliennes dans l’enceinte des datacenters, cependant, l’énergie est fournie par des sites partenaires à proximité. Toujours ce soucis de ne pas être repérés. Et puis, “Seulement 1 à 2% de l’énergie consommée dans un datacenter pourrait être satisfaite avec un système solaire sur le toit.

Tout cela pourrait cependant changer rapidement. Microsoft indique que “le rythme du changement au cours des cinq prochaines années est susceptible d’éclipser le rythme du changement au cours des 20 dernières années“. Il s’agira de répondre aux objectifs de durabilité sur le carbone et l’eau, également à la demande de serveurs plus rapides et plus puissants. Un exemple : aujourd’hui, la plupart des générateurs de secours de Microsoft sont alimentés au diesel ; à plus long terme, l’éditeur prévoit de passer aux carburants à faible teneur en carbone, ainsi qu’aux batteries ou aux piles à hydrogène.

Actuellement également, les 15% de jours où la température et l’humidité dépassent le seuil de refroidissement par air, les refroidisseurs mécaniques de Microsoft utilisent de l’eau pour refroidir l’air via le processus d’évaporation. Dans le futur, Microsoft affirme vouloir s’orienter vers des technologies de refroidissement sans eau, comme le refroidissement liquide, et d’ ici la fin de la décennie vise à reconstituer plus d’eau qu’elle n’en consomme.

L’article de blog de Microsoft, cliquer ici.

Share:

Author: Yves Grandmontagne

Rédacteur en chef de Datacenter Magazine - Co-fondateur de Human, Business & Technology SCOP SAS (éditeur de DCmag) - Journaliste, conférencier et analyste

1 thought on “Microsoft pourrait construire 50 à 100 nouveaux datacenters chaque année

Comments are closed.