Oracle Database 21c : nouvelles base de données avec plus de 200 nouvelles innovations

Oracle renforce son leadership dans les bases de données avec Oracle Database 21c, et annonce l’introduction de plus de 200 nouvelles innovations dans sa nouvelle base de données, faisant encore progresser le moteur de base de données convergentes d’Oracle.

Oracle annonce la disponibilité sur Oracle Cloud d’Oracle Database 21c, la nouvelle version du leader mondial des bases de données convergées, incluant l’offre Always Free d’Oracle Autonomous Database.

Oracle Database 21c bénéficie de plus de 200 innovations, notamment les tables blockchain inaltérables, l’exécution du JavaScript au sein de la base de données, le type de données binaire JSON natif, AutoML pour l’apprentissage automatique intégré dans la base de données, le stockage de la mémoire persistante ainsi que des améliorations pour de nombreux mécanismes de traitements en mémoire, la performance du traitement des graphiques, la fragmentation, le partage d’une instance entre plusieurs locataires ou encore la sécurité.

Contrairement aux bases de données concurrentes on-premise ou dans le cloud, Oracle Database 21c répond aux besoins de toutes les configurations multi-modèles, multi-charges et multi-locataires – le tout avec un seul et même moteur de base de données moderne et convergé.

Oracle annonce également la disponibilité d’Oracle APEX (Application Express) Application Development, un nouveau service low-code permettant de développer et de déployer aussi rapidement que facilement des applications professionnelles pilotées par les données. Utilisable depuis un simple navigateur Web, ce nouveau service low-code basé dans le cloud permet aux développeurs de créer des applis Web modernes pour les ordinateurs de bureau et les appareils mobiles via une interface graphique intuitive.

« Oracle Database 21c s’inscrit dans notre stratégie visant à offrir le moteur de base de données convergé le plus puissant au monde », déclare Andrew Mendelsohn, Executive Vice President, Database Server Technologies, Oracle. « Il offre des performances de pointe pour le traitement des documents JSON, ainsi que des performances opérationnelles exceptionnelles grâce au support de la mémoire persistante Intel Optane. Il intègre les meilleures capacités analytiques du marché avec son nouveau stockage en mémoire par colonne auto-administré (Self-Managing In-Memory Column Store), les plus hautes performances de traitement des graphiques et de l’AutoML pour simplifier au maximum le développement des modèles d’apprentissage automatique. Il fournit des tables blockchain inaltérables pour assurer l’inviolabilité des tables SQL. Pour offrir des fonctionnalités comparables, les éditeurs concurrents imposent des bases de données et des services distincts pour les documents JSON, les bases opérationnelles, les analyses, les graphiques, le machine learning et les blockchains. Cette approche d’une base de données convergée adoptée par Oracle assure une productivité bien plus grande des développeurs lors de la réalisation des nouvelles applications, tout en facilitant leurs évolutions ultérieures pour répondre aux nouveaux besoins commerciaux. »

Les dernières innovations d’Oracle Database 21c

Oracle Database est le moteur de base de données au cœur de tous les services de base de données Oracle dans le cloud et on-premise : Oracle Autonomous Database, Oracle Exadata Database Service, Oracle Exadata Database Cloud@Customer et Oracle Exadata Database Machine. Cette dernière version intègre plus de 200 nouveautés qui étendent la convergence de la base de données à de nouveaux cas d’utilisation, optimisent ses performances et améliorent la productivité des développeurs, des analystes et des spécialistes des données. En voici quelques-unes :

  • Tables blockchain inaltérables : Les tables blockchain permettent de bénéficier de toute la sécurité de la technologie blockchain pour les applications d’entreprise. Intégrées dans Oracle Crypto-Secure Data Management, elles constituent des tables inaltérables dans lesquelles il est seulement possible d’insérer de nouveaux enregistrements, chacun d’eux étant enchaîné aux autres de façon cryptée. Grâce à la détection et à la prévention des tentatives d’altération directement dans la base de données Oracle, les clients peuvent se protéger contre des modifications illicites, qu’elles proviennent de personnels internes ou de hackers se faisant passer pour des administrateurs ou des utilisateurs. Les tables blockchain font partie de la base de données convergée, elles sont accessibles via le SQL standard et supportent toutes les analyses et transactions – une approche immensément plus facile à utiliser et plus fonctionnelle que les implémentations existantes de la blockchain. Les tables blockchain constituent une fonctionnalité gratuite intégrée à toutes les éditions d’Oracle Database.
  • Type de données JSON natif : Oracle offre depuis des années des fonctions puissantes de requête et d’indexation SQL/JSON. Oracle Database 21c intègre une nouvelle représentation du type de données JSON permettant de les parcourir jusqu’à 10 fois plus vite et de les modifier jusqu’à 4 fois plus vite. Avec toutes ces améliorations, Oracle SQL/JSON est globalement deux fois plus rapide que MongoDB et AWS DocumentDB pour le test comparatif YCSB. Comme avec les versions précédentes, les utilisateurs peuvent mélanger ou joindre JSON et les autres types de données, indexer n’importe quel élément JSON pour un accès transactionnel rapide, utiliser des analyses SQL parallèles et déclaratives couvrant tous les formats, et exécuter des jointures complexes sur plusieurs documents et collections JSON — le tout sans le moindre code applicatif spécifique.
  • AutoML pour l’apprentissage automatique intégré dans la base de données : Cette technologie génère et compare automatiquement des modèles d’apprentissage automatique à grande échelle, et facilite l’utilisation de l’apprentissage automatique par des non-experts, notamment grâce à une nouvelle interface utilisateur. Oracle a également ajouté de nouveaux algorithmes pour la détection des anomalies, la régression et l’analyse de l’apprentissage profond (ou « deep learning ») qui viennent enrichir notre bibliothèque d’algorithmes populaires d’apprentissage automatique au sein de la base de données.
  • Exécution du JavaScript au sein de la base de données : pour que les développeurs puissent travailler efficacement en utilisant les langages de programmation modernes. Le moteur multi-langages intégré Graal permet au code JavaScript de traitement des données de s’exécuter au sein même de la base de données, là où sont stockées les données, pour supprimer de coûteux allers-retours réseaux. De plus, les utilisateurs peuvent facilement exécuter du SQL depuis le code JavaScript, et les types de données de JavaScript sont automatiquement associés aux types de données d’Oracle Database.
  • Support de la mémoire persistante : Les données et la journalisation de la base de données sont conservées en mémoire persistante (PMEM) locale, ce qui améliore radicalement la performance des charges limitées par les entrées-sorties. Le SQL s’exécute directement sur les données stockées dans le système de fichiers de la mémoire persistante associée, en supprimant ainsi le passage par du code d’entrée-sortie et le recours à un cache tampon important. De plus, les nouveaux algorithmes de la base de données empêchent les stockages partiels ou incohérents dans la mémoire persistante.
  • Modèles de graphes à haute performance : pour modéliser les données basées sur des relations, et faciliter l’exploration des connexions et des séquences dans les réseaux sociaux, l’IoT, etc. Les nouvelles améliorations de l’optimisation de la mémoire réduisent la quantité de mémoire nécessaire pour analyser de plus grands graphiques, permettant ainsi aux applications existantes de s’exécuter plus rapidement sans modification. Les utilisateurs peuvent créer ou étendre les algorithmes de graphiques en utilisant la syntaxe Java, permettant à ces algorithmes de s’exécuter de façon native puisqu’ils sont compilés en bénéficiant des mêmes optimisations.
  • Automatisation des mécanismes en mémoire de la base de données : Oracle supporte désormais simultanément les formats de rangées et de colonnes sur la même table. Oracle Database 21c intègre un système de stockage de colonne en mémoire autogéré, pour simplifier et améliorer l’efficacité en gérant automatiquement le placement et la suppression des objets dans le stockage de colonne en mémoire, et en suivant les séquences d’usage pour déplacer et expulser les objets du stockage de colonne. Les colonnes sont par ailleurs automatiquement compressées en fonction de leurs modalités d’usages. Oracle Database 21c intègre également de nouveaux algorithmes de jointure vectorielle en mémoire pour accélérer les requêtes complexes.
  • Automatisation de la fragmentation : La fragmentation native de la base de données offre une disponibilité et des performances adaptées aux dimensionnements à très grande échelle, tout en permettant aux grandes entreprises internationales de respecter facilement les réglementations en matière de souveraineté et de confidentialité des données. Les fragments de données ne partagent ni matériel ni logiciel, ils peuvent résider on-premise ou dans le cloud. Pour simplifier la conception et l’utilisation de la fragmentation, Oracle Database 21c intègre l’outil d’assistance Sharding Advisor capable d’évaluer le schéma de la base de données et les caractéristiques des charges pour fournir un modèle de base de données fragmentée optimisé pour la performance, l’évolutivité et la disponibilité. La sauvegarde et la restauration à travers de multiples fragments sont également automatisées.

Oracle Database d’après les analystes

« Avec le lancement d’Oracle Database 21c, le produit phare d’Oracle atteint un niveau supérieur de convergence grâce au support étendu d’une grande variété de types de données et de charges », déclare Carl Olofson, directeur de recherche chez IDC pour les logiciels de gestion de données. « Les 200 innovations intégrées, avec notamment les tables blockchain inaltérables et l’AutoML pour l’apprentissage automatique au sein de la base de données, permettent à Oracle Database 21c d’atteindre un nouveau niveau de fonctionnalités, en supprimant la nécessité de recourir à des services cloud ou à des outils spécialisés et isolés pour faire ce travail. Les utilisateurs évitent ainsi l’accumulation de coûts et de complexités opérationnelles qu’induit chaque service cloud supplémentaire que doit utiliser une entreprise. De cette façon, Oracle permet de se débarrasser efficacement de cette multiplication de services disjoints en adoptant une approche intégrée, simplifiée et plus élégante techniquement, répondant beaucoup mieux aux besoins des entreprises en 2021. »

« La dernière base de données convergente d’Oracle – Database 21c – vise à faciliter considérablement la vie des utilisateurs et des développeurs. Elle prend en charge et intègre une gamme élargie de modèles de données et de charges de travail, et comprend le machine learning intégré qui élimine le besoin d’outils et de services distincts en permettant aux organisations d’effectuer des inférences directement sur leur base de données, juste à côté de leurs données. Il s’agit d’un contraste rafraîchissant pour les entreprises qui exploitent des outils tels que ceux d’AWS, qui possède plus d’une douzaine de bases de données différentes, chacune nécessitant des API, des approches ETL et des processus d’intégration de données différents. Oracle Database 21c transcende les barrières d’une approche multi-bases de données, isolée et intrinsèquement non convergente », déclare Mark Peters, Principal Analyst & Practice Director, ESG.

Oracle Database d’après ses utilisateurs

Basée à Londres, Aon est une entreprise mondiale de services professionnels qui propose une large gamme de solutions dans les domaines du risque, de la retraite et de la santé. « Nous n’avons jamais pu voir toutes nos données de vente et de marketing Oracle dans un seul et même système unifié. C’est un véritable tournant. Grâce à Oracle Autonomous Data Warehouse et Oracle Analytics Cloud, nous avons vu les performances multipliées par 50 voire 60, ce qui rend les temps de réponse aux requêtes commerciales complexes de 500 utilisateurs puissants beaucoup plus rapides et les coûts d’analyse sont nettement inférieurs à ceux de nos outils de veille économique on-premise », déclare Liesbeth Mulder, Global Reporting Lead, Aon.

Angelini Pharma est l’un des plus grands laboratoires pharmaceutiques en Italie. « La solution Quinaryo XRing a représenté une avancée importante de notre stratégie IoT visant à expérimenter un dispositif mobile intégré avec un outil de sécurité des données basé sur une table blockchain, », explique Pietro Berretoni, responsable du digital et de l’innovation chez Angelini Pharma. « Avec Oracle Blockchain Table, cette solution fournit des enregistrements inviolables qui peuvent être facilement intégrés avec d’autres applications sans avoir besoin d’une nouvelle infrastructure complexe, puisqu’il s’agit d’une base de données Oracle dotée de tous les outils que nous connaissons et offrant les nouvelles fonctions dont nous avons besoin pour la collecte des données sensibles avec XRing. »

Share:

Author: Yves Grandmontagne

Rédacteur en chef de Datacenter Magazine - Co-fondateur de Human, Business & Technology SCOP SAS (éditeur de DCmag) - Journaliste, conférencier et analyste