Prédictions NetApp 2021 : sous les masses de données, de nouveaux modèles d’organisation du travail

Par Mathias Robichon, CTO de NetApp France

Quelle que soit sa durée encore, la crise sanitaire a commencé à redistribuer de nombreuses cartes dans les relations professionnelles et personnelles, entraînant par là même une croissance et une pression accrues dans les volumes de données traités par les infrastructures informatiques. A travers son expertise éprouvée en matière de transformation numérique, de sécurité et de partage des données dans le cloud, NetApp fait en ce début d’année 2021 quelques prédictions d’évolutions sur ces quelques changements sociétaux.

Un collectif de travail recréé et repensé à l’échelle de l’individu

Dans un monde post-COVID, les environnements de travail à domicile devront être plus durables et établir le juste équilibre entre obligations professionnelles et personnelles, à travers des décisions organisationnelles prises d’abord à l’échelle des individus et non d’une vision traditionnelle de l’entreprise. Parce que le télétravail deviendra de plus en plus la norme chez les « travailleurs du savoir », aucune dichotomie ne devra ainsi apparaître entre les contraintes logistiques de nouvelles formes d’organisation du travail et les modes de vie de chacun. Grâce à des plateformes informatiques capables de gérer des flux plus soutenus et toujours plus interdépendants de données, les entreprises devront en résumé être capables de maintenir en permanence et au gré des évolutions une agilité dans leurs processus opérationnels. Et tout cela sans jamais sacrifier au bien-être ou à la sécurité de leurs employés, même après la diffusion de vastes campagnes de vaccination. En encourageant l’autonomie, l’intelligence émotionnelle et la flexibilité dans le suivi de leurs portefeuilles d’activités, les entreprises s’assureront au mieux les jalons de la réussite dans un monde toujours plus axé sur les échanges de données.

Une collaboration renforcée dans une accélération de la transformation numérique

Pour de nombreuses équipes dirigeantes d’entreprises, 2020 aura été une année de défis sans précédent, où il leur aura fallu réinventer ou presque leurs organisations internes, les relations avec leurs clients ou leur public, et bien d’autres choses encore. A condition d’avoir des infrastructures informatiques capables de s’adapter en permanence et de pouvoir gérer davantage de données, l’année qui commence sera dans cette même veine de reconstruction avec une nécessaire accélération de leur transformation numérique accompagnée d’une prise de conscience multiple. Soit en résumé celle que, même à distance, d’importantes affaires commerciales peuvent être conclues et de nombreux besoins de consommateurs satisfaits. Mais aussi celle que les « travailleurs du savoir » peuvent être tout aussi productifs en dehors d’un bureau traditionnel et que, paradoxe de la situation sans doute, les réunions inter-équipe peuvent même être améliorées grâce à la démocratisation d’outils collaboratifs. Avec eux par exemple, les points sur les impératifs métiers peuvent être plus réguliers et le partage de moments conviviaux (cafés virtuels…) plus facile à mettre en place.

L’accentuation des modèles commerciaux axés sur les services à distance

Déjà en vogue avant l’épidémie sanitaire, les sociétés basées sur des modes de services délivrés à distance, telle que la livraison de nourriture à domicile ou bien encore le désormais fameux « click and collect » de biens culturels ou autres, vont véritablement exploser dans le futur. Expérimenté hier dans certains types de magasins, largement adopté aujourd’hui et mis à l’échelle d’un grand nombre de personnes, ce modèle commercial n’en a sans doute pas fini d’être décliné sous toutes les formes, avec toujours cette idée centrale et symptomatique de notre époque de « quel service apporté en plus à une personne donnée pour lui permettre de ne pas quitter le confort de sa maison » ? Dans cette dynamique, le secteur de la santé est certainement celui qui a déjà le plus changé cette année avec une utilisation accrue de la télémédecine dans les cas de contrôles ou de soins basiques pouvant être effectués à distance. Grâce à des traitements de données toujours plus affinés, cette accélération dans la numérisation des soins de santé va encore se poursuivre vers une expérience toujours plus centrée sur le profil et l’emploi du temps du patient.

Encore plus d’outils d’intelligence artificielle pour accélérer les prises de décisions

Dans un monde d’applicatifs toujours plus multiples et interdépendants, les outils d’intelligence artificielle seront une aide indispensable autant qu’un gardien solide dans la bonne continuité du travail ou des services à distance. Soumises à une plus forte pression avec la hausse des données critiques échangées, les équipes IT devront pouvoir s’assurer qu’aucune surcharge ou défection ne se produise dans la surveillance étroite de leurs infrastructures. Face à des variations brutales dans les masses de données, comme celle induite par la COVID, seul un haut niveau d’automatisation et d’optimisation permettra d’y parvenir ; et l’on devrait donc assister ces prochains temps à une augmentation importante dans l’adoption de logiciels capables d’optimiser continuellement les charges de travail grâce à des tableaux de bord basés sur des analyses prédictives. Avec de tels outils, et même face à un contexte disruptif, les équipes IT ou DevOps pourront ainsi mieux maintenir la productivité et la qualité du travail en atténuant les goulots d’étranglement et en se concentrant davantage sur leurs innovations.

Share: