SDIA – Personne ne profite de la chaleur gratuite des datacenters

DCmag est partenaire de SDIA (Sustainable Digital Infrastructure Alliance)

Par Max Schulze, fondateur de SDIA

Les gouvernements régionaux et nationaux d’Europe et du monde réfléchissent à la manière de rendre plus vertueuse l’infrastructure derrière la transformation numérique mondiale. La récupération de chaleur fait partie des sujets qui prennent de l’ampleur, et de nombreuses installations de datacentres réagissent en s’engageant à donner gratuitement la chaleur perdue afin de bloquer toute nouvelle réglementation. Cependant, pour justifier tout investissement dans des infrastructures de récupération, de stockage et de transport de la chaleur, il faut qu’il y ait un prix, surtout lorsqu’il faut augmenter les niveaux de température.

Un tableau de prix pour la chaleur basé sur la durabilité et la température

La plupart des discussions au sein de la communauté des ingénieurs des datacentres s’articulent autour de trois problèmes liés à la récupération de chaleur : la température, l’absence de prélèvement de chaleur à proximité et les durées de contrat requises par les consommateurs de chaleur (par exemple, les réseaux de chauffage urbain, les services publics).

Au lieu de les traiter comme des défis techniques, ils nécessitent simplement une tarification adéquate de la chaleur résultante, en tenant compte des exigences de l’acheteur. Chaque installation de centre de données devrait rendre une telle liste de prix ouvertement disponible afin que les acheteurs potentiels puissent faire leurs calculs économiques. Avec un tarif, la chaleur récupérée devient une véritable marchandise qui peut être vendue et optimisée, et ainsi les investissements dans les infrastructures, telles que les pompes à chaleur ou les chambres froides, deviennent financièrement viables.

Qu’impliquerait une telle liste de prix ? Une matrice des valeurs suivantes :

  • Niveau de température (par exemple 50℃, 75℃, 90℃)
  • Disponibilité (≤ 95 %, 95 %-99 %, 99,99999 %)
  • Durée du contrat (par exemple 5, 10, 15 ans)

Un prix sur la chaleur permet une concurrence loyale et les installations des datacenters sont très compétitives en matière de production de chaleur électrifiée

Avec la hausse du prix du gaz naturel et les prévisions de compensations carbone qui explosent , la chaleur récupérée (chaleur résiduelle industrielle dans le secteur de l’énergie) devient une alternative compétitive. Dans un avenir énergétique électrifié, la majeure partie de la chaleur devrait être générée par des pompes à chaleur ou la chaleur géothermique dans tous les cas.

La chaleur des installations du centre de données est déjà électrifiée. Sa récupération est une question de température qui peut être améliorée avec des pompes à chaleur, et à terme peut-être par un complément de chaleur produit par des piles à combustible. C’est une question de durabilité et de saisonnalité qui peut être améliorée avec le stockage. Et aussi, une question de contrats à long terme qui peuvent être améliorés en construisant une infrastructure de récupération autonome, réalisable avec ou sans l’intégration de pompes à chaleur.

Une installation de datacenter peut être économiquement et durablement concurrentielle sur le marché de la chaleur, car elle bénéficie de sa propre source de chaleur continue, réduisant ainsi l’électricité supplémentaire requise par une pompe à chaleur. Avec un stockage à la fois électrique et thermique , une installation peut retarder la mise en marche de la pompe à chaleur si nécessaire, en attendant que les prix de l’énergie intrajournaliers baissent. Elle peut augmenter la température d’entrée du serveur en ajustant la température ambiante ou le système de refroidissement, ou augmenter à la fois la température d’entrée et de sortie de l’informatique à l’aide de technologies de refroidissement à base de liquide.

En tarifant la chaleur en conséquence, elle devient un bien économique qui peut être intégré dans un système énergétique sur lequel on peut compter, calculer et investir.

Points clés à retenir – Une nouvelle source de revenus pour les installations des datacenters

  1. Mettons un prix sur la chaleur, basé sur les coûts d’investissement pour répondre aux exigences (température, durabilité, disponibilité et saisonnalité)
  2. Chaque installation de datacenter publie une liste de prix publique, afin que les acheteurs de chaleur puissent comparer les prix et qu’il y ait une concurrence loyale sur la chaleur électrifiée
  3. Optimisez le prix grâce au stockage thermique et électrique, en augmentant la température de sortie grâce au refroidissement par liquide, etc.

La gratuité n’est pas une bonne analyse de rentabilisation et n’est pas nécessaire. Un prix est un signal dans notre système économique, en particulier dans le secteur de l’énergie. Il est nécessaire de planifier à long terme les réseaux de chaleur et les systèmes énergétiques. Mettons un prix sur la chaleur récupérée des installations du datacenter.

Author: Yves Grandmontagne

Rédacteur en chef de Datacenter Magazine - Co-fondateur de Human, Business & Technology SCOP SAS (éditeur de DCmag) - Journaliste, conférencier et analyste

1 thought on “SDIA – Personne ne profite de la chaleur gratuite des datacenters

Comments are closed.