Six changements majeurs qui définiront le datacentre du futur

Par Régis Castagné, Managing Director Equinix France

La donnée est devenue la propriété intellectuelle la plus importante pour les entreprises, et sa valeur intrinsèque est amenée à augmenter dans les années à venir. La collecte et l’analyse des données est désormais si essentielle au fonctionnement des organisations, à leur processus, mise en production et approvisionnement, que les choix effectués quant aux modes de stockage, de partage et de traitement définiront la réussite et la longévité des dites organisations.

Dans le cadre de ce premier article sur le sujet, il m’a paru important de poser le décor en abordant la question de l’évolution des datacentres, en expliquant pourquoi celle-ci est nécessaire, et en proposant quelques prédictions pour les mois à venir.

Les données ne sont plus uniquement hébergées sur des serveurs locaux hérités ou dans le cloud sur ceux de fournisseurs tiers. Aujourd’hui, les modèles hybrides ou multi cloud sont de plus en plus adoptés. Le but ? Utiliser au mieux la richesse de la donnée. En effet, la possibilité d’analyser et de partager des informations de façon sécurisée et privée entre partenaires du monde entier offre énormément d’avantages.

Voici les 6 critères essentiels qui doivent à mes yeux être pris en compte pour que les datacentres fassent leur mue :

La croissance

Selon les prévisions, la capacité d’échange privé de données par le biais de datacentres devrait faire l’objet d’une croissance globale de 51 %. En d’autres termes, nous ne pouvons pas attendre de créer simplement des datacentres répondant à des besoins immédiats. Nous nous devons d’anticiper un monde de plus en plus connecté. Ceux qui adopteront une vision court-termiste le regretteront. L’avenir est à l’interconnexion.

Le développement durable

Au niveau mondial, les entreprises prennent désormais leur empreinte carbone au sérieux, ce qui les amène à tenir compte de la consommation électrique de leurs datacentres. Dans le cadre d’une enquête indépendante commandée par Equinix auprès de plus de 2 450 responsables informatiques, 45 % des répondants ont affirmé que leurs clients attendaient d’eux qu’ils apportent la preuve de la durabilité de leur infrastructure informatique. En outre, 39 % d’entre eux ont également confirmé que l’impact carbone de cette infrastructure occupait une place centrale dans leur stratégie informatique. En 2020, les opérateurs de datacentres doivent alors plus que jamais axer leurs investissements sur les enjeux du développement durable et sur l’usage des énergies renouvelables.

Les évaluations

Difficile de faire en sorte d’atteindre une efficience énergétique optimale sans avoir une idée précise et en temps réel des performances d’un datacentre. Au-delà de l’importance de l’indicateur d’efficacité énergétique (PUE), en 2020, les exploitants commenceront à créer de nouvelles solutions innovantes à mesure que leurs datacentres et communautés deviendront de plus en plus connectés.

L’apprentissage automatique permettra d’apporter des ajustements aux infrastructures en temps réel sans aucune interaction humaine, mais pourra-t-elle remplacer l’homme pour l’interprétation des résultats ?

L’apprentissage automatique

L’un des principaux défis consiste à déterminer comment collecter l’ensemble des données créées par les datacentres eux-mêmes. Ce processus est en effet complexe. L’utilisation de l’intelligence artificielle (IA) peut nous permettre de déceler rapidement des nouvelles méthodes d’optimisation des datacentres. Des outils sont également développés afin que les clients puissent accéder en ligne et en temps réel à des informations environnementales et opérationnelles relatives à l’espace qu’ils occupent sur un rack. La solution supervise l’infrastructure électrique et mécanique afin de mettre constamment à jour ses recommandations pour assurer le fonctionnement le plus efficace et fiable qui soit. En 2020, de plus en plus d’utilisateurs finaux se serviront d’informations telles que celles fournies par IBX SmartView pour automatiser encore davantage leurs interactions avec les individus chargés de l’exploitation de leur site, ce qui améliorera le rendement des deux parties.

La prise de responsabilités

Tous ceux qui travaillent dans l’industrie des datacentres doivent assumer une responsabilité collective pour son avenir, et œuvrer de concert pour résoudre certaines de ses problématiques les plus urgentes grâce à l’innovation. Il est impossible de concevoir les solutions nécessaires seul : les acquis doivent être partagés pour réaliser des progrès à long terme. Chez Equinix, nous avons appris à distinguer les approches efficaces des autres, et il nous tient à cœur de partager cette précieuse expérience avec des tiers. À l’avenir, la gestion de l’efficacité énergétique des datacentres consistera à optimiser les équipements au sein d’un bâtiment afin qu’ils puissent répondre autant que possible à la demande des technologies numériques.

Les technologies et l’infrastructures

Qu’il s’agisse de piles à combustible, de systèmes de refroidissement ou de solutions de stockage d’énergie à grande échelle, le développement des technologies au cœur du datacentre de demain et susceptibles de répondre aux besoins de notre société connectée en permanence nécessitera énormément de travail. Selon certaines prévisions, les datacentres devraient consommer 4,5 % de l’énergie mondiale en 2025. En outre, avec la hausse des coûts des énergies, même une légère amélioration en matière de rendement suffira pour offrir des économies de coûts considérables, et pour réduire les émissions de CO2 de plusieurs millions de tonnes.

Share: