Lagos (Nigéria) : 6 datacenters ADC de 10 MW

Africa Data Centers annonce l’ouverture de la première tranche de 10 MW de son nouveau site situé sur l’Eko Atlantic City, à Lagos, au Nigeria.

LOS1 sera suivi de trois autres salles qui viendront compléter le projet. Et si tout va bien, 6 autres pourraient compléter l’infrastructure numérique.

Africa Data Centers possède plusieurs sites et des opérateurs dans six pays africains. A terme, ce sont 6 000 m² qui seront disponibles. 

L’ambition d’Africa Data Centers est de posséder une capacité de plus de 50 MW d’ici 2025 dans le pays.

Lire également : « Avec un 3ème campus, Africa Data Centers va pousser sa capacité à 100 MW à Johannesburg »

L’annonce ADC

Africa Data Centres (www.AfricaDataCentres.com), le plus grand réseau de centres de données interconnectés, neutres vis-à-vis des opérateurs et du cloud sur le continent, a le plaisir d’annoncer l’ouverture officielle de son nouveau centre de données de 10 MW à Lagos, Nigeria.

Selon la société, la nouvelle installation ouvrira la voie aux gros consommateurs de données, clients d’Africa Data Centers vers le déploiement de solutions de numérisation en Afrique de l’Ouest.

Le PDG d’Africa Data Centres, Stéphane Duproz, décrit le Nigeria comme l’un des marchés clés de l’entreprise puisqu’il existe, dans la région, une demande – avide de numérisation – de centres de données en croissance rapide et ce, alors que les organisations de tous types et de toutes tailles en Afrique accélèrent leur parcours de transformation numérique.

Selon lui, en tant que membre du groupe Cassava Technologies récemment lancé, Africa Data Centers joue un rôle essentiel lorsqu’il s’agit de fournir cette infrastructure justement numérique, nécessaire pour soutenir l’adoption massive de services numériques destinés aux consommateurs et aux entreprises de la région.

Duproz a également annoncé que la nouvelle installation est la première des quatre facultés réservées au Nigéria, ajoutant que la société a également l’intention de construire une autre installation à Lagos dans un emplacement séparé pour assurer une sauvegarde complète en cas de catastrophe, tandis qu’Abuja et Port Harcourt seront également dotés de leurs propres installations.

Dans cet esprit, Duproz décrit les opérations de Lagos comme une étape importante pour Africa Data Centres, dans la mesure où elles mettent en lumière l’énorme opportunité de croissance à la portée de l’entreprise non seulement pour ses activités dans la région mais pour l’Afrique dans son ensemble.

« Africa Data Center connaît une demande sans précédent de services fintech, d’applications, de haut débit, de technologies cloud, etc., qui voient tous la demande de données monter en flèche. »

Cette dernière communication vient juste après la récente annonce d’Africa Data Centers, d’importants plans d’expansion des centres de données qui verront la société construire des centres de données à hyper échelle dans toute l’Afrique.

« Ces plans sont les plus grands que l’Afrique ait jamais vus. Ils nous verront construire une dizaine de centres de données interconnectés, neutres vis-à-vis du cloud et des opérateurs sur tout le continent, dans le cadre d’un investissement inégalé de 500 millions de dollars dans la transformation numérique de l’Afrique, qui doublera notre investissement déjà important sur le continent », ajoute Duproz.

L’installation de 10 MW implantée à Lagos est un élément clé de cette expansion, car le Nigeria est un marché africain critique en termes de pilotage afin que les clients gros consommateurs de données de déploient des solutions de numérisation en Afrique de l’Ouest.

La nouvelle installation à Lagos marque une étape importante dans les plans ambitieux à long terme d’Africa Data Centres visant à réduire la fracture numérique en Afrique et numériser le continent en apportant ces services aux entreprises et aux citoyens, ajoute-t-il.

L’installation de Lagos sera de facto la plaque tournante d’Africa Data Centers en Afrique de l’Ouest, a déclaré Duproz. « Nous avons construit cette installation en réponse à la demande massive des grands fournisseurs d’hyper-convergence, des principaux opérateurs de cloud et des entreprises multinationales qui utilisent déjà nos installations et ont exprimé leur intérêt à participer à la numérisation à grande échelle en Afrique de l’Ouest. En tant que leaders incontestés des opérations de centres de données en Afrique, nous étions le choix évident pour devenir leurs partenaires de leurs stratégies d’expansion.

Duproz a déclaré que les centres de données nigérians faisaient partie d’un réseau continental de centres de données en cours de déploiement dans toutes les villes clés d’Afrique.

Cependant, Duproz souligne qu’il ne sera pas question de sacrifier l’environnement pour mener à bien les plans ambitieux de numérisation de l’entreprise. « C’est un compromis qu’Africa Data Centers n’est tout simplement pas prêts à adopter. Notre stratégie consiste à rendre les citoyens africains autonomes et à améliorer leur cadre de vie, à protéger l’environnement et à stimuler l’économie.

En conclusion, Duproz affirme que cette dernière installation nigériane stimulera l’économie grâce à la création d’emplois, car la numérisation est connue pour créer des opportunités d’emploi dans de nombreux secteurs.

Author: François Tonic

Fondateur de Nefer-IT, rédacteur en chef de Programmez! et de CloudMagazine, historien expert de la période pharaonique et éditeur de Pharaon Magazine, journaliste et conférencier.