Les conséquences désastreuses d’un incendie en Corée du Sud vont-elles faire changer le statut des datacenters ?

L’incendie du datacenter SK C&C à Pangyo, en Corée du Sud, qui aurait pris naissance dans une batterie, et surtout le désastre qui a suivi chez Kakao, le géant de l’Internet local, et Naver, autre géant coréen, au-delà du discrédit jeté sur l’orgueil numérique de la Corée, pourrait aboutir à un renforcement de l’action du gouvernement et des politiques.

L’incendie d’un datacenter SK C&C en Corée du Sud (lire « Un datacenter de SK C&C brûle et c’est l’Internet sud-coréen qui plante« ) aura eu des conséquences désastreuses puisque les deux géants de l’Internet coréen, Kakao et Naver – la messagerie et le moteur de recherche qui dament le pion à Google au pays du matin calme -, ont été contraints d’interrompre leurs services. Et il n’a pas fini de faire des vagues…

  • L’incendie aurait pris naissance dans une batterie entreposée dans le sous-sol du datacenter.
  • La plateforme de messagerie de Kakao, 47,5 millions d’utilisateurs actifs en Corée du Sud (sur 51 millions d’habitants), mais également les services de jeu, de paiement, de co-voiturage, etc., ont planté durant une demi-journée.
  • Les services de Kakao présentent encore des dysfonctionnements, et certains parmi les moins populaires ne sont toujours pas disponibles.
  • La principale critique porte sur l’absence de systèmes de sauvegarde appropriés, un choix qui aurait été guidé par la volonté de réduire les coûts.

Plus que sur SK, c’est donc sur Kakao que s’abat la vindicte populaire et politique. L’omniprésence de Kakao dans l’Internet sud-coréen, mais aussi des failles incompréhensibles justifient certainement les vives critiques. Les sanctions devraient tomber…

  • Le président Yoon Suk Yeol a mis en place un groupe de travail sur la cybersécurité pour examiner les implications de l’incident sur la sécurité nationale.
  • A la bourse de Séoul, le cours de l’action Kakao a plongé 58 %, celui de Kakao Pay de 80% !
  • La Fair Trade Commission a lancé une enquête.
  • Les présidents de Kakao et Naver ont été invités à comparaître devant l’Assemblée nationale.

Une épée de Damokles pèse désormais sur les géants de l’Internet sud-coréens et leurs datacenters : les législateurs pourraient voter pour un projet de loi qui intègre les principaux fournisseurs de services numériques dans le système gouvernemental de réponse aux catastrophes.

  • Le projet de loi, rejeté jusqu’à présent, stipule qu’en cas de catastrophe les datacenters seraient placés sous le statut d’installations d’Etat.

La question des indemnisations des clients reste en suspens. Kakao a indiqué qu’il va entrer en pourparler avec SK C&C pour évoquer ce sujet.

Share: